• Sonnets

    Sagesse, force et beauté

    10 Isis.

     

    Voie du silence et du secret Isis sait

    La gardienne du livre de révélation

    Profonde bienfaitrice met ses actions

    Au service de la vie spirituelle sacrée

     

    Le souffle va et vient pour savoir quel côté

    Elle possède l'eau qui reflète sa fonction

    En silence révélant la chose par réflexion

    Connue antérieurement mais oubliée.

     

    L'appétit de connaissance intellectuelle

    Tue l'esprit empêchant d’entrer dans l'éternel

    Voilà pourquoi les livres sont dès lors déchirés

     

    Le monde intérieur découvert par l'intuition

    Quand devient vaine la pensée et la discussion

    Dans la nuit la conscience enfin écoutée.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    11 Noces royales.

     

    Mercure et soufre la reine tournée vers le roi

    Pour procéder à une alchimie familiale

    Dont résulte la rouge pierre philosophale

    Après Jakin le temporel Boaz la foi

     

    Sur la conscience règne la divine voix

    Quand à l’encontre de la force l'esprit cavale

    Sur la masse l'énergie l’emporte frontale

    Lorsque le volatil gagne contre le poids.

     

    Un signe manifeste la confusion

    Qui s'empare de l'actuelle génération

    Plus de différents sexes plus de compassion

     

    Toutes les valeurs fuient au fond de l'océan

    Et aspirant à combler le vide béant

    Du monde le feu obtient régénération.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    12 El sixième jour.

     

    Lune aspects doubles socle du central pilier

    Selon ce qui m'anime sert le mal ou le bien

    Je suis ce que je pense et ce qui m'advient

    D’abord crée dans le mental puis réalisé

     

    Cœur de la pensée et jour de l'oisiveté

    Le nouveau survient dès transition de l'ancien

    Par le juste milieu le sol équilibré

    Second monde où tout le réel engendré.

     

    De l'air le premier et le dernier souffle part

    La vie terrestre de la vie céleste sépare

    A l'incarnation du corps tombeau de l'esprit

     

    Naissance et transition sur la terre et au ciel

    Voyage d'Egypte vers la terre d'Israël

    Du ciel et de la terre portes d'infini.

     

     

     

    13 Boaz.

     

    De la mystique réunir la profondeur

    La sagesse gnostique et l’œuvre magique

    Ose mettre en route l’autorité tragique

    Savoir être son propre volontaire auteur

     

    De la contrainte refuser de singer l’acteur

    Renoncer à la marche au repos statique

    Alors s'installe le divin nom béatifique

    Dans l’espace laissé libre pour ce bonheur.

     

    Quand disparaissent les personnelles opinions

    La voie de développement et la mission

    Dans le vide créé le nom Dieu prend place

     

    Mise en croix lorsque l'esprit a horreur du plein

    De même la nature craint le vide enfin

    Les oppositions trônent face à face.

     

     

     

    14 Jakin.

     

    Cinquième plaie de la voie cardiaque

    Miséricorde et rigueur partent en conflit

    Amour du prochain et de la hiérarchie

    Purification vers l'union mystique

     

    A Dieu s'élève toute prière christique

    Puis divinement oxydée elle rejaillit

    Devenant pour l’humanité le fruit béni

    Par Melchisédech roi juste extatique.

     

    Soufre rouge et énergie expansive

    Part du centre force masculine active

    Mercure blanc par toute chose arrosée

     

    Force féminine passive quand des deux

    L'équilibre garde la voie du milieu

    Provenant d'entre les deux piliers opposés.

     

     

     

    15 L’arbre sec.

     

    Décharné l’arbre sec aux branches dépouillées

    Révèle la tristesse d’un monde à bout

    Et la mort qui devant les obstacles échoue

    Tous les possibles présents néanmoins cachés

     

    La sève intériorisée  cesse de monter

    De l’arbre sol isolé au milieu du tout

    Plante tes racines dans la nourricière boue

    Afin du statique au changement passer.

     

    Quand minuscule clarté dans le noir néant

    L'arbre sec manifeste le retour du conscient

    Qui ouvre la porte du temple infini

     

    Le vaniteux ne discerne pas la chaleur

    Très faible qui annonce la grande lueur

    Car tout dépend du regard jeté sur la vie.

     

     

     

    16 Inspiration du cinquième jour.

     

    Réveille toi visite la partie la meilleure

    Afin que souffle l’esprit de Dieu advenu

    Si tu es jugé digne le moment venu

    Que resplendissant il pénètre en ton cœur

     

    El shaddaï souverain mystique intérieur

    Parle et transmet tous les ordres convenus

    Sur le plan psychique seul espoir devenu

    Evoquant eau air terre feu les quatre lueurs.

     

    Si tu entends l'appel de Dieu te rectifiant

    Qui transforme en diamant d'or pur éclatant

    Le charnier matière immonde et plomb

     

    Eve volatile voie humide de l'heure

    Effectue le caché et mystérieux labeur

    Visite l'âme dans le tréfonds  le plus profond.

     

     

     

    17 L’aigle.

     

    Au pied de la montagne le débutant

    Visualisant la figure du sommet flou

    Entreprend l’escalade dont il voit le bout

    Le chantier de réalisation commençant

     

    Témoin de la lumière l’aigle vigilant

    Ouvre le chemin qui découvre d’un seul coup

    De l’âme perdue les paysages si doux

    Vision du cœur traversant les accidents.

     

    Espace torturé du néant extérieur

    Où le néophyte se perd néant intérieur

    Trop aveuglé par l'égoïsme sauvage

     

    Rentre en toi-même afin de discerner

    Au plus profond la pâle lueur qui renaît

    Prémisse du don offert à la fin du voyage.

     

     

     

    18 Aimer.

     

    Pour transmuer de l’or en posséder il faut

    Pour aimer le monde il convient d’abord

    D’aimer le prochain puis se libérer encore

    De l’illusion de tous les nombreux défauts

     

    Choisir entre sensualité et cœur chaud

    Richesse luxure et pouvoir ou alors

    Pauvreté obéissance chasteté dès lors

    Que soi rendre les autres aussi réels beaux.

     

    Moi vivant toi ombre créatures d'ego

    Alors vous existez moins réellement égaux

    Moi et toi ombres éteindre l'égoïsme

     

    Devenir soi-même ombre évaporée

    Moi toi vivants permets d'étendre l'agapè

    A tous les existants comme à soi-même.

     

     

     

    19 Ora et labora.

     

    Victorieux sur les épreuves affreuses

    Le maître de lui-même refuse les hommages

    Adorant l'idée au-dessus de son image

    Faisant rayonner plus l‘aura lumineuse

     

    Maître des éléments solitude silencieuse

    Due non à l'extérieur mais aux outrages

    Victoire remportée par soi en tant que mage

    Ne dépend pas des faveurs sentencieuses.

     

    Mégalomanie identifie Dieu et je

    Le culte de soi constitue le dernier piège

    Du moi gonflé à outrance comme boursouflure

     

    Aveugle au soi des sois au-dessus de moi

    En éprouvant le petit je centre de soi

    Comme soi suprême et non simple créature.

     

     

    « Sonnets »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :