• REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 31)

    De manière imagée et simplifiée, qu'est-ce que le capitalisme, et qu'est-ce que le socialisme ? Imaginons une île , sur laquelle vit un Peuple. Ces habitants travaillent un jour, pour subvenir à leurs besoins. Le reste du temps est disponible (6 jours donc), pour le plaisir, les arts etc. Arrive un bateau, qui débarque quelques bourgeois. Arrive la bourgeoisie. Par la force et la ruse, elle fait travailler 6 jours, les habitants de cette île. . Le salaire : 1 Jour. Les profits : 5 jours . Taux d'exploitation : 5/6, soit 83 %. En somme, ils font croire à ces habitants (par la religion, l'idéologie,...) qu'il est nécessaire de travailler 6 jours pour avoir le droit de vivre décemment, et encaissent à leur profit 5 jours. C'est la dictature de la bourgeoisie (préservée par sa police et son armée . Un jour, les habitants se rebellent et prennent tous les pouvoirs : c'est le socialisme. Ils instaurent la dictature de la majorité, sur la minorité. Ils font en sorte que les bourgeois deviennent des salariés comme eux, diminuent le temps de travail pour tous (par exemple 4 jours au total), 2 jours pour leur salaire, et la plus-value (2 jours ) pour couvrir les charges des bien communs. Voilà pourquoi il est important d'unir le Peuple , de lui donner conscience de son état, et de l’inciter à détruire la domination bourgeoise (révolution prolétarienne).

     

    REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 31)

     

     

    Karl Marx et Friedrich Engels ont écrit dans le« Manifeste du Parti Communiste » (1847):

    « 1. Expropriation de la propriété foncière.

    1. Impôt progressif.

    2. Abolition de l'héritage.

    3. Confiscation des biens de tous les émigrés et rebelles.

    4. Centralisation du crédit entre les mains de l’État, au moyen d'une banque nationale, dont le capital appartiendra à l’État , et qui jouira d'un monopole exclusif.

    5. Centralisation entre les mains de l’État de tous les moyens de transport.

    6. Appropriation collective des moyens de production. Multiplication des instruments de production. Défrichement des terrains incultes et amélioration des terres cultivées, d'après un plan d'ensemble.

    7. Travail obligatoire pour tous ; organisation d'armées industrielles, particulièrement pour l'agriculture.

    8. Combinaison du travail agricole et du travail industriel ; mesures tendant à faire graduellement disparaître la distinction entre la ville et la campagne.

    9. Éducation publique et gratuite de tous. Combinaison de l'éducation avec la production matérielle. Mesures tendant à faire graduellement disparaître la distinction entre le travail intellectuel et le travail manuel. »

    Gestion des équipements publiques, nationalisations, etc.

    Depuis le XIX° siècle, le capitalisme a toujours fait supporter par la société entière le coût des équipements importants, qu'il est impossible de faire supporter par un capitaliste unique. Cela a été le cas de la poste et des chemins de fer. Ainsi, lorsqu'un équipement apporte du profit, il entre sur le marché. Certains équipements sont scindés (la SNCF aujourd'hui) , que la bourgeoisie privatise, lorsque certaines parties sont rentables, et garde publiques pour les autres parties (rails, dettes, etc.). Ainsi, les nationalisations du programme commun PS-PCF n'ont rien de socialiste, mais visent à préserver les intérêts nationaux de la bourgeoisie. Il en est de même lors de la terrible crise économique qui se prépare : la bourgeoisie privatise les profits et fait supporter par la société les déficits (Air France,etc.)

    Gestion des communes :

    Pour comprendre pourquoi il est important de gérer une ville comme Metz, il suffit de prendre en considération la différence de la gestion de la ville de Metz par la droite, la fausse gauche et une liste populaire. Dans les premiers cas, c'est une gestion bourgeoise, au profit d'une minorité. Dans le dernier cas , c'est une gestion au profit de la majorité de la population. Enfin, cela devrait être cela, tout en prenant vraiment en compte l'urgence climatique. Ou alors , il faut songer à ce que l'on a appelé par le passé, le « socialisme » municipal, mis en œuvre en particulier par le PCF de 1922 à 1952 : c'est un ensemble de politiques très sociales (crèches, services publics, pour l'eau, l’assainissement, les ordures ménagères, les centres de plein air, les colonies de vacances, pour les enfants des quartiers, les cantines dans les écoles, etc.), politiques que les « libéraux » n'ont cessé depuis de casser et de privatiser les divers équipements au profit de quelques intérêts privés.

    Pourquoi s'étonner ? Dans la gestion des communes, aujourd'hui, au niveau local, il y a un socle commun, depuis le Rassemblement national jusqu'au P « C »F, en passant par la vieille droite, et la fausse gauche : Ce socle, c’est l'accord commun d'une gestion bourgeoise de la ville. C'est pourquoi , lors de son bilan de 12 années, Dominique Gros, maire de Metz de 2008 à 2020, peut se vanter d'un vote des délibérations , à hauteur de 70 à 80 % des décisions, à l'unanimité.

    Il en est de même au niveau global : du Rassemblement national au P »C »F, il y a un accord sur l'essentiel : maintien d'une république bourgeoise, d'une démocratie bourgeoise... d'un État bourgeois, en somme.

    Il n'y a aucune volonté de rupture , ni au niveau local, ni au niveau global, seulement une chaîne d'une couleur et d'une longueur différente pour le Peuple.

    On sait ce qu'est devenu la « démocratie représentative » : c'est une parodie de démocratie, où les diverses fractions de la bourgeoisie (du Rassemblement National au P »C »F ) proposent au moment du vote, une alternative entre gauche et droite, pour que le Peuple choisisse une fraction bourgeoise, qui est ainsi légitimée, pour gérer les affaires publiques, au niveau local, comme au niveau global, au seul bénéfice de l'ensemble de la classe bourgeoise (voir Montesquieu et Rousseau, à propos de la représentation et de la souveraineté).

    Capitalisme et socialisme :

    De manière imagée et simplifiée, qu'est-ce que le capitalisme, et qu'est-ce que le socialisme ? Imaginons une île , sur laquelle vit un Peuple. Ces habitants travaillent un jour, pour subvenir à leurs besoins. Le reste du temps est disponible (6 jours donc), pour le plaisir, les arts etc. Arrive un bateau, qui débarque quelques bourgeois. Arrive la bourgeoisie. Par la force et la ruse, elle fait travailler 6 jours, les habitants de cette île. . Le salaire : 1 Jour. Les profits : 5 jours . Taux d'exploitation : 5/6, soit 83 %. En somme, ils font croire à ces habitants (par la religion, l'idéologie,...) qu'il est nécessaire de travailler 6 jours pour avoir le droit de vivre décemment, et encaissent à leur profit 5 jours. C'est la dictature de la bourgeoisie (préservée par sa police et son armée . Un jour, les habitants se rebellent et prennent tous les pouvoirs : c'est le socialisme. Ils instaurent la dictature de la majorité, sur la minorité. Ils font en sorte que les bourgeois deviennent des salariés comme eux, diminuent le temps de travail pour tous (par exemple 4 jours au total), 2 jours pour leur salaire, et la plus-value (2 jours ) pour couvrir les charges des bien communs. Voilà pourquoi il est important d'unir le Peuple , de lui donner conscience de son état, et de l’inciter à détruire la domination bourgeoise (révolution prolétarienne).

     

    « REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 30)REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 32) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :