• REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 1)

     

    « Tout cela, me direz-vous, ce sont des rêves. Oui,les Français ont par le passé rêvé à peu près cela.Ils ont fait la Révolution . Certains même en avaient rêvé avant. Puis nous avons trahi ces rêves, par laisser-faire. Par oubli. Alors, oui, ce sont des rêves. Ils réclament de la hauteur, de l'exigence. Ils imposent de l'engagement, notre engagement. C'est la révolution démocratique que nous devons réussir, pour réconcilier en France la liberté et le progrès. C'est notre vocation et ne n'en connais pas de plus belle. »

    Emmanuel Macron « Révolution » (2017)

     

    « La victoire de la révolution prolétarienne est assurée dans le monde entier : la constitution de la République Soviétique Internationale est en marche. »

    Lénine (mars 1919)

     

    RÉVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 1)

    15 Août 2020

     

    « Tout cela, me direz-vous, ce sont des rêves. Oui,les Français ont par le passé rêvé à peu près cela.Ils ont fait la Révolution . Certains même en avaient rêvé avant. Puis nous avons trahi ces rêves, par laisser-faire. Par oubli. Alors, oui, ce sont des rêves. Ils réclament de la hauteur, de l'exigence. Ils imposent de l'engagement, notre engagement. C'est la révolution démocratique que nous devons réussir, pour réconcilier en France la liberté et le progrès. C'est notre vocation et ne n'en connais pas de plus belle. »

    Emmanuel Macron « Révolution » (2017)

     

    « La victoire de la révolution prolétarienne est assurée dans le monde entier : la constitution de la République Soviétique Internationale est en marche. »

    Lénine (mars 1919)

     

    Avant-propos 

     

    La France est le maillon faible de l'impérialisme mondial. En conséquence, les conditions sont réunies pour qu'éclate la révolution prolétarienne, de façon imminente, car les conditions objectives sont réunies : La France est dans l'antichambre du socialisme .

    Sont face à face, deux forces diamétralement opposées, d'une part la classe bourgeoise, qui représente un pour cent de la totalité de la population, et d'autre part, le Peuple, qui représente quatre-vingt-dix-neuf pour cent de la population totale.

    La bourgeoisie possède la plus grande partie de la richesse nationale, dont les moyens de production, et a la maîtrise à la fois des conditions politiques, économiques, culturels , médiatiques, etc. A l'autre bout de la société, le Peuple n'a rien : il s'appauvrit de plus en plus.

    De plus, la bourgeoisie ne peut plus diriger de façon rationnelle, la société, et le Peuple ne supporte plus la façon de dominer de la classe bourgeoise. En quelques sortes, l'état de la société bourgeoise est celui qui prédominait à la veille de la Révolution française de 1789, la classe bourgeoise occupant la position qu'occupait alors la classe aristocratique, et le Peuple occupe la positon qu'occupait alors le Tiers État.

    La classe bourgeoise est devenue l'obstacle qui empêche le développement et la survie de l'ensemble de la société, et elle doit donc, à son tour, disparaître de la scène de l'Histoire. Seul un « petit reste » de la classe bourgeoise est conscient de cet état de chose, et ce « petit reste » est donc prêt à rejoindre le camp du Peuple dans son mouvement insurrectionnel .

    Le gouvernement bourgeois est devenu l'organe de gestion de l'ensemble de la classe bourgeoise, qui gère l'ensemble de la société uniquement en faveur de cette petite minorité de un pour cent. C'est ce qu'avait déjà constaté François Mitterrand, interrogé par son épouse sur ses pouvoirs réels :

    "Après 1981, je demandais à François Mitterrand :- Pourquoi maintenant que tu en as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais promis ? Il me répondait qu’il navait pas le pouvoir d’affronter la Banque Mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir. J’appris ainsi qu’être le gouvernement, être président, ne sert pas à grand-chose dans ces sociétés sujettes, soumises au capitalisme. J’ai vécu l’expérience directement durant quatorze ans. En France, on élit, et les élus font des lois qu’ils n’ont jamais proposées et dont nous n’avons jamais voulu. La France est-elle une démocratie ? Une puissance mondiale ? Je le dis en tant que Française : cela ne veut rien dire."Danielle Mitterrand.

    Si la classe bourgeoise représente bien une classe sociale, il faut cependant noter que les membres de cette classe ont des caractéristiques particulières : Elle est composée surtout d'individus, dont les représentants des grands monopoles, qui se combattent entre eux pour la domination économique totale. Du point de vue éthique, les membres de cette classe se distinguent par l'égotisme : leurs intérêts sont l'argent, le profit, et jamais l'intérêt général de toute la société. D'où l’anarchie qui règne dans la société actuelle : chômage de masse, mauvaise répartition des biens, y compris les biens communs, inégalités de toutes sortes, à tous niveaux (logements, écoles, formations, loisirs, insécurité, etc.), insécurité dans les quartiers populaires comme dans les quartiers résidentiels (vente de drogue, mafias diverses,etc.).

    Quant au Peuple, il est très varié dans sa composition, allant des ouvriers, petits paysans et petits employés, composant la classe ouvrière, jusqu'aux couches de petits bourgeois (commerçants, artisans, petits patrons, etc.) en allant jusqu'aux classes dites moyennes. Ces classes et couches sociales n'ont pas le choix : elles n'ont que leurs chaînes à perdre, et doivent donc se soulever pour détruire la classe bourgeoise et prendre tous les pouvoirs. Ne pas le faire, c'est aller vers des conditions sociales de pire en pire, et peut-être vers la fin de la civilisation (écocide,barbarie...). Du point de vue éthique, le Peuple est tourné vers l'universalité et l'internationalisme prolétarien avec tous les autres Peuples de la terre.

    Pour réaliser leur objectif, l'étape actuelle est donc d'affirmer l'unité de tout le Peuple, sous la direction de la classe ouvrière, menée par un parti communiste de France.

    Le cri de guerre est : « Liberté, égalité, fraternité, ou la mort ! ». La seule perspective possible est la destruction de l’État bourgeois et son remplacement par un État socialiste.

    « PRIÈRE COMMUNEREVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Parie 2) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :