• QU’EST-CE QUE LE PEUPLE ? (PARTIE 10)

    Pour ce qui est de la crise migratoire, due en grande partie à la longue exploitation des peuples du tiers-monde, par les pays riches et impérialistes, ainsi qu’aux diverses guerres de rapine et de pillage, un régime socialiste, à la fois, fermerait ses frontières à ces déplacements anarchiques, tout en favorisant le développement économique et la libération nationale de ces pays, qui ont besoin de cette main d’oeuvre qui fuit la guerre et la misère. Mettre fin à l’exploitation de ces pays par les pays riches capitalistes, et débarrasser ces pays de la domination de la bourgeoisie compradore, et des couches féodales et patriarcales, mettrait rapidement un terme à ces déplacements massifs anarchiques de population. Cependant, un régime socialiste protègerait naturellement les révolutionnaires opprimés dans ces pays, ainsi que les apatrides.

     

     

     

    QU’EST-CE QUE LE PEUPLE ? (PARTIE 10)

     

    Que penser d’une agriculture capitaliste, qui accepte sciemment d’empoisonner, au nom des profits individuels, tout un Peuple, y compris d’ailleurs les membres de la classe bourgeoise ?

    Le gouvernement, organe de gestion collégial au service de la classe bourgeoise, fait croire que la politique étrangère est exercée au nom du Peuple de France :

    n      Mais en quoi le Peuple de France est-il mêlé à la politique néo-coloniale menée dans les pays africains, notamment par les grands groupes multinationaux (AREVA, etc.) qui dépouillent les peuples en voie de développement ?

    n      En quoi le Peuple de France est-il concerné par les guerres impérialistes de pillage menées en Afghanistan, en Libye, en Irak, en Syrie, au Yémen, etc. ? Sans aucun doute faudra-t-il soumettre à un tribunal international tous les criminels contre l’humanité, dont d’anciens présidents de la république, qui ont été des va-t-en guerres dans ces divers conflits…

    De même, l’Union européenne est aujourd’hui la tentative d’union des intérêts des classes bourgeoises de l’Europe, sur le dos des travailleurs de ces divers pays, ainsi que sur le dos des pays du tiers-monde : c’est un marché de la libre entreprise qui ne répond qu’aux préoccupations immédiates et à cours terme des grands groupes industriels et financiers. Elle doit être remplacée par l’Union Socialise des Peuple d’Europe !

    Socialisme ou barbarie, telle est l’alternative, en ce début du XXI° siècle ! Et cette alternative est la même pour tous les pays. Ce serait une erreur de penser que la solution réside dans de petits arrangements de l’existant. Pour se maintenir à la tête de ses immenses fortunes, la bourgeoisie n’hésitera pas à diviser le peuple, quitte à recourir à la guerre civile contre son propre Peuple, et à mettre en place une dictature fasciste. C’est pourquoi il faut convaincre, y compris une petite minorité de la classe bourgeoise, consciente des enjeux, que la survie de l’humanité et son essor dans des conditions descentes, que la seule solution, demeure l’instauration d’un régime socialiste et démocratique dans tous les pays européens.

    Un régime socialiste mettrait un point d’honneur à planifier la nouvelle économie afin de mettre fin au chômage et à la pauvreté. Il ferait en sorte aussi de recréer un tissu industriel répondant enfin aux besoins réels de la population, et à un échange équitables avec tous les pays. Enfin, il construirait une Europe des peuples.

    La politique internationale socialiste du nouvel Etat français sera basée sur les intérêts du Peuple français, et sur ses valeurs : pacifisme, égalité et fraternité, défense des peuples en voie de développement et des révolutions démocratiques dans le monde, refus de l’ingérence dans les affaires intérieures des autres Peuples et refus des guerres impérialistes de pillage.

    Pour ce qui est de la crise migratoire, due en grande partie à la longue exploitation des peuples du tiers-monde, par les pays riches et impérialistes, ainsi qu’aux diverses guerres de rapine et de pillage, un régime socialiste, à la fois, fermerait ses frontières à ces déplacements anarchiques, tout en favorisant le développement économique et la libération nationale de ces pays, qui ont besoin de cette main d’oeuvre qui fuit la guerre et la misère. Mettre fin à l’exploitation de ces pays par les pays riches capitalistes, et débarrasser ces pays de la domination de la bourgeoisie compradore, et des couches féodales et patriarcales, mettrait rapidement un terme à ces déplacements massifs anarchiques de population. Cependant, un régime socialiste protègerait naturellement les révolutionnaires opprimés dans ces pays, ainsi que les apatrides.

     

     

    « QU’EST-CE QUE LE PEUPLE ? (PARTIE 9) QU’EST-CE QUE LE PEUPLE ? (PARTIE 11) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :