• « Laisse aller mon peuple » (Partie 1)

    « Rassure-toi, mon ami ; il est encore des Français qui, loin de penser que les vérités religieuses aient eu à souffrir du renversement de la ci-devant église, sont persuadés qu’elles ne peuvent qu’y gagner infiniment. Je suis du nombre de ces Français : tu verras même, dans cette Lettre, à quel degré je porte la confiance sur ce point ; et d’avance, je t’avoue que je crois voir la Providence se manifester à tous les pas que fait notre étonnante révolution ».

     

    « Laisse aller mon peuple » (Partie 1)

     

    L’apôtre Jean est l’auteur de l’Apocalypse, dernier livre du Nouveau Testament. Quel serait le contenu de l’Apocalypse, au sens de « révélation », en ce début du troisième millénaire ?

    En concordance avec cette monographie, il est proposé un extrait de l’ouvrage de Léonard de Vinci, « Prophétie » (Editions Mille-et-une-nuit, 1997, Page 9) :

    « Ô nature pourquoi es-tu si injuste ? mère affectionnée et attentionnée pour les uns, et pour les autres cruelle et impitoyable marâtre : je vois tes fils livrés à d’autres, sans jamais aucune sorte d’avantage, et au lieu de récompenses pour les services rendus, je les vois payés d’un épouvantable martyr, épuisant leur vie entière au bénéfice de leur tourmenteur ». [Ânes que l'on bastonne].

    Et un extrait de l’ouvrage de Louis Claude de Saint-Martin, « Lettre à un ami ou considérations politiques, philosophiques et religieuses sur la révolution française » (Paris, L’an III, BNF-Gallica, début de la Lettre) :

    « Rassure-toi, mon ami ; il est encore des Français qui, loin de penser que les vérités religieuses aient eu à souffrir du renversement de la ci-devant église, sont persuadés qu’elles ne peuvent qu’y gagner infiniment. Je suis du nombre de ces Français : tu verras même, dans cette Lettre, à quel degré je porte la confiance sur ce point ; et d’avance, je t’avoue que je crois voir la Providence se manifester à tous les pas que fait notre étonnante révolution ».

     

    apocalypse vingt-et-un

     

    I

    au commencement de la soirée du quinze août deux mille seize vers dix-neuf heures

    je me suis assoupi aux pieds d’un chêne et je fais un songe

    je suis près d’une montagne

    voila qu’apparaît un être de lumière d’une taille immense vêtu d’une robe blanche

    il a une dimension qui englobe tout le cosmos et contient tout

    il a deux visages l’un celui d’un vieillard auguste et l’autre celui d’un adorable adolescent

    voila que le vieillard aux cheveux et à la barbe blancs

    d’une voix tonitruante s’adresse à moi et me dit

    « écrit sois mon scribe fidèle communique cela à tes frères et sœurs humains ceci est le message de ce qui est réservé aux hommes pour les années qui viennent

    tout est consommé avant la fin du siècle

    seules la repentance et l’action peuvent empêcher cela

    cela concerne ton pays la france mais aussi le reste du monde

    le peuple de france dont les ouvriers les paysans pauvres et le peuple travailleur ouvre la voie royale et montre l’exemple afin d’élever la spiritualité et de parvenir à des vibrations de hautes valeurs qui préservent l’être la vie et le mouvement

    si ce n’est pas le cas si le peuple de france se dérobe alors il est mis fin à la présente dispensation de par la faute des hommes car chacun récolte ce qu’il sème

    allez vers plus de justice et c’est la paix et le socialisme

    si l’effort n’est pas fourni dans ce sens alors c’est la barbarie la guerre la maladie et la fin de la présente humanité

    reçois note et transmets

    la bourgeoisie doit libérer mon peuple mettre fin à son exil lui permettre de se régénérer et d’accéder à la nouvelle société plus libre plus égalitaire plus fraternelle démocratique enfin

    pour cela le peuple dirigé par le prolétariat doit prendre en charge tous les pouvoirs et après cette révolution économique et sociale prendre toutes les dispositions pour créer un nouvel état socialiste »

    puis l’auguste vieillard fait intervenir les quatre cavaliers qui sont ses quatre lieutenants les archanges gabriel michel raphaël et uriel

    il me commande de les suivre ajoutant

    « ensemble vous allez parcourir les épisodes du livre de la vie où tout est écrit afin d’examiner ce qui va se produire si l’orientation actuelle est poursuivie »

    ce premier voyage se fait dans un fracas de tonnerres et d’éclairs de pleurs et de gémissements

    je ne peux retenir mes larmes tout au long de ce voyage en voyant toute cette misère ainsi que la fin inévitable et tragique

    ceci étant dû à l’égoïsme général à l’individualisme et à la domination exacerbée d’une minorité la classe bourgeoise

    je pénètre dans une caverne au pied de la montagne caverne qui s’enfonce sous terre

    l’archange ouvre le livre celui où est écrit le passé le présent et l’avenir

    l’antéchrist c’est l’ego le petit je créé dès le début du monde il doit disparaître se manifestant dans sa plus grande expression dans le modèle bourgeois et laisser la place au soi

    voilà qu’est venue la fin de l’ego afin que naisse l’homme nouveau et l’humanité fraternelle

    le moment du passage est difficile car il faut rompre les amarres et ne garder que l’essentiel

    l’ego fait tout pour tirer en arrière vers le passé et la bestialité

    la france a une mission universelle ouvrir la voie à « liberté égalité fraternité » en achevant le grand œuvre commencé par la révolution de mille sept cent quatre vingt neuf

    une double voie est ouverte

    soit c’est la voie du pire et les super riches les monopoles capitalistes et la grande bourgeoisie sont maintenus au sommet de la société alors c’est le début de la guerre le règne de l’anarchie et de la désolation c’est la voie de la barbarie

    soit les ouvriers et les classes populaires prennent violemment le pouvoir à la bourgeoisie mettant fin au vieux monde pour créer un monde nouveau c’est la voie du socialisme

    il n’y a pas de place pour l’entre-deux les tièdes et les mous

    soit moloch et l’argent soit le soi et l’amour

    car l’antéchrist l’ego l’égotisme et l’égoïsme sont déjà vaincus

    s’approche à grande vitesse la fin de l’humanité exploiteuse

    la bourgeoisie est éliminée et rayée du livre de la vie la nouvelle aristocratie doit être retranchée de la surface de la terre

     

     

    « Introduction à la Kabbale.(Partie 11)« Laisse aller mon peuple » (Partie 2) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :