• La conscience, le Soi et l’ego (Partie 3)

    Au 13° degré, on trouve :

    D – Qui êtes-vous ?

    R – Je suis celui qui suis ou je suis ce que je suis. Mon nom est GUIBULUM et ma qualité Chevalier de Royal Arche.

    Au 14° degré, il est rappelé au récipiendaire ce qui a été déjà défini au grade précédent :

     

    La conscience, le Soi et l’ego

    (Partie 3)

     

    Ainsi, la connaissance de soi, ce n’est pas une démarche intellectuelle, un cumul d’amas de connaissances encyclopédiques. Cela ne s’obtient pas par des lectures, et ce ne sont pas des pensées. C’est plutôt une expérience, un éveil, un changement de vision et de regard. C’est un peu comme l’expérience de la femme qui porte un collier autour de son cou, et qui déclare l’avoir perdu : une tierce personne lui signale qu’elle l’a toujours autour du cou. Mais pour cette personne, la prise de conscience de ce fait est comme si elle avait retrouvé son collier.

     

    Transition : « Je suis ce que je suis », « Je suis ».

    Ancien Testament.

    Exode 3, 13-14 : « Moïse dit à Dieu : « Voici ! Je vais aller vers les fils d’Israël et je leur dirai : Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous. S’ils me disent : Quel est son nom ? – que leur dirai-je ? ». Dieu dit à Moïse : «  JE SUIS QUI JE SERAI ». Dieu dit encore à Moïse : « JE SUIS m’a envoyé vers vous ».

    « JE SUIS QUI JE SERAIS », c’est-à-dire « Je suis là, avec vous, de la manière que vous verrez » ; autres traductions possibles : « JE SUIS QUI JE SUIS » (refus de faire connaître son nom personnel). « JE SUIS CELUI QUI EST » (par opposition aux autres dieux, « qui ne sont pas »).

    Jésus et sa méthode en trois étapes :

    1.  Jésus, fils de Joseph le charpentier
    2. Jésus, le fils de Dieu
    3. « Mon Père et moi sommes Un ».

    Le rituel de la franc-maçonnerie :

    Au 1° degré : « Connais-toi toi-même ».

    Au 13° degré, on trouve :

    D – Qui êtes-vous ?

    R – Je suis celui qui suis ou je suis ce que je suis. Mon nom est GUIBULUM et ma qualité Chevalier de Royal Arche.

    Au 14° degré, il est rappelé au récipiendaire ce qui a été déjà défini au grade précédent :

    « Je suis celui qui suis.

    Je suis ce que je suis.

    Je suis. »

    Commentaire de Jean Mourgues :

    « Une progression ou plutôt des cercles concentriques que l’on parcourt, une sorte de spirale qui va se resserrant… Poursuivant sa voie initiatique, le maître travaille donc toujours pensant qu’il peut agir sur le monde sans toutefois avoir la moindre illusion. Mais il ne veut pas tomber dans le néant et s’exposer à une rupture de l’unité de l’être, source d’illusion.

    S’il revoit son cheminement, s’il se tourne vers l’arrière, il peut se recycler :

    Le moment où il a découvert qu’il faisait partie d’un tout, de l’univers. Avant, il existait coulant sa conscience dans la conscience universelle, il était une partie de cet univers :

    Je suis celui qui suis.

    Puis c’est l’émergence du Tout par l’acquisition d’une personnalité de désir de volontés… La loge est de première importance pour ce stage : il nous faut des signes, il nous faut mettre de l’ordre, séparer fins et moyens, objectifs réels et supposés, nécessaires et imaginaires… C’est le stade le plus long sinon le plus difficile : on commence à comprendre que l’on est seul, et que cette émergence nous conduira à la recherche d’une solution personnelle, hors de tout modèle.

    Je suis ce que je suis.

    La poursuite de cet effort de dépersonnalisation conduit paradoxalement à un stade de la pensée tout à fait inattendu : on quitte le manifesté, noms, formes, distinctions, pour entrer dans l’intemporel.

    Nous redevenons le Moi, mais pas celui que l’on avait isolé du Tout. C’est un moi pur, dépouillé, non asservi, non conditionné. Tout aussi dérisoire, mais lumineux, créateur.

    JE SUIS. »

    Rappel : Lors de l’initiation, dans certains rituels, il est présenté un miroir au récipiendaire, auquel il est déclaré, lorsqu’il se voit dans ce miroir, qu’il s’agit de son pire ennemi : cela est vrai, puisque, ce qu’il voit, c’est son ego, qui est l’illusion qui l’empêche de voir le Soi !

     

     

    « La conscience, le Soi et l’ego (Partie 2)La conscience, le Soi et l’ego (Partie 4) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    9
    Jeudi 29 Mars à 11:21

    Il est vrai que la base de la franc-maçonnerie, annoncée lors de l'initiation est: "connais-toi toi-même" autre façon de poser la question "qui suis-je?"Mais par la suite très peu de maçons mettent en oeuvre la méthode pour arriver au but (choix de la quantité, plutôt que de la qualité, recherche des cotisations, etc.).  Chaque initiation, notamment les trois premiers degrés, devrait conduire à la maîtrise de l'ego, et c'est souvent l'inverse qui se produit: beaucoup de vieux maçons sont victimes de l'inflation du petit moi, et ne maîtrisent rien du tout, victimes de l'orgueil et de la vanité. Lorsque divers membres de sectes hindoues ont voulu initier Ramana Maharshi, sa réponse a toujours été négative. Car si, du point de vue du profane, il y a quelqu'un à initier, un maître et un disciple, un initiateur et un initié, du point de vue du sage réalisé, il n'y a plus personne, ni les uns ni les autres, ni moi, ni toi, ni il: il n'y a que le soi. Alors qui peut initier qui? C'est pourquoi la franc-maçonnerie s'est peu à peu transformée en club service, du même niveau que les Lions clubs et Rotary, composé de notables, des personnes "arrivées", sans aucune volonté de se réaliser. Observez bien ce qui se passe dans votre loge. 

    8
    Mercredi 28 Mars à 16:16

    Bonjour,

    Bonne réflexion. C'est pourquoi j'ai abandonné la franc-maçonnerie, après une présence de trente années. (REAA et Memphis Misraïm, GODF, 32 ° degré, avec possibilité de passer au 33°). Je continue, mollement sur le chemin rosicrucien. Mais je "pratique" surtout Ramana Maharshi, qui me suffit amplement. 

    Bien à vous. Et bonne continuation. 

      • Pablo9623
        Jeudi 29 Mars à 10:42
        Et bien MTCF merci pour ces réponses.
        Accepterais tu de poursuivre cette discussion ailleurs qu’ici ?
        Je me pose des questions sur mon futur en franc maçonnerie et je cherche d autres éclairages.
        Mon mail (si ça passe) Pablo9623@yahoo.fr
        BBB
    7
    Pablo9623
    Mercredi 28 Mars à 15:36
    Bonjour
    Je vous remercie pour votre réponse à laquelle j’adhère de tout mon être
    Je « connais » les enseignements de Maharshi que j’essaye de mettre en pratique.
    Je suis aussi franc maçon et je n’arrive pas à faire coïncider les 2.
    Vous l’avez redit dans votre réponse c’est dans l’enseignement de Jésus que l’on peut trouver la jonction avec ce que dit Maharshi
    Seulement dans la maçonnerie je ne le vois pas.
    J’ai l’impression que dans la maçonnerie on construit le temple mais que pour soi pas dans le but d’accueillir le vrai Soi
    Vous parliez de trône
    J’ai l’impression qu’en maçonnerie le trône est bien réservé au petit soi pas au SOI véritable
    J’ai peur qu’il y ait une forme d’inversion de la recherche.
    Je suis au REAA et certes on parle de GADLU mais j’entends rarement parler de SOI de transcendance.
    Je sais qu’on ne parle pas de Dieu mais j’ai l’impression que le travail est avant tout pour soi en laissant de côté Dieu.
    Et je suis d’accord avec vous en disant « qui suis je ? » c’est pour accueillir le vrai JE
    A mon sens cela ne peut être dit par la « créature » comme le fait le chevalier du Royal arch par le « je suis celui qui suis » cela ne lui ai pas destiné
    Dieu a dit à Moise « tu diras celui qui s’appelle JE SUIS m’a envoyé vers vous »
    Le JE SUIS est à mon sens pour le créateur pas pour la créature.
    En revanche celle ci doit se mettre en disposition de l’accueillir mais certainement pas de prendre sa place
      • Mercredi 28 Mars à 16:28

        En maçonnerie, on construit le Temple ... Mais: il faut chasser du temple les métaux: c'est l'ego. Et installer dans le saint des saint du Temple l'Etre, le Soi. 

      • Mercredi 28 Mars à 16:23

        Dieu, le Soi, le monde, le petit je, une fois atteint le but, tout cela se résorbe dans le Soi. J'ai beaucoup écrit la-dessus.

        La franc-maçonnerie , tout comme n'importe quel chemin, mène au sommet de la montagne (voir les 33 degrés). Un fois parvenu au sommet, la vue est unique. Mais combien de maçons ont vraiment entrepris cette démarche?Pourtant la méthode est là, à portée de chacun. Voir les psaumes: "Reste tranquille, et sache que je suis Dieu" (Verset cité par Maharshi Ramana). 

         

    6
    Mercredi 28 Mars à 09:39

    Bonjour,

    L'investigation est de se poser la question "Qui suis-je?". Deux réponses sont possibles. La première réponse, c'est s'identifier avec le corps, le mental, l'ego... La seconde réponse, c'est s'identifier justement avec la partie divine en nous, qui est le Soi, le "Je Suis" de Jésus. Cela demande beaucoup de travail, et pour y parvenir, il faut faire descendre du trône l'ego, supprimer cette illusion, pour faire monter sur le trône le Soi, qui est l'absolu, et la même chose que Dieu. C'est le moment où Jésus dit: "Moi et mon Père, nous sommes un " (voir évangile de Jean, notamment). Vous trouvez cela en particulier dans l'oeuvre de Ramana Maharshi, et en occident, de Maître Eckhart. Ce dernier disait que, pour que Dieu vienne en nous, il faut lui faire de la place, créer un vide, en supprimant l'ego, qui a tendance à prendre toute la place.

    Bien à vous,  

      • Pablo9623
        Mercredi 28 Mars à 15:26
        Bonjour
        Je vous remercie pour votre réponse à laquelle j’adhère de tout mon être
        Je « connais » les enseignements de Maharshi que j’essaye de mettre en pratique.
        Je suis aussi franc maçon et je n’arrive pas à faire coïncider les 2.
        Vous l’avez redit dans votre réponse c’est dans l’enseignement de Jésus que l’on peut trouver la jonction avec ce que dit Maharshi
        Seulement dans la maçonnerie je ne le vois pas.
        J’ai l’impression que dans la maçonnerie on construit le temple mais que pour soi pas dans le but d’accueillir le vrai Soi
        Vous parliez de trône
        J’ai l’impression qu’en maçonnerie le trône est bien réservé au petit soi pas au SOI véritable
        J’ai peur qu’il y ait une forme d’inversion de la recherche.
        Je suis au REAA et certes on parle de GADLU mais j’entends rarement parler de SOI de transcendance.
        Je sais qu’on ne parle pas de Dieu mais j’ai l’impression que le travail est avant tout pour soi en laissant de côté Dieu.
    5
    Pablo9623
    Mardi 27 Mars à 19:32
    Bonjour
    Dans la méthode maçonnique c’est « je suis qui suis »
    Certes c’est le tetragramme le nom innefable.
    J’y vois cependant une opposition avec la méthode de Jésus telle que vous l’avez décrite
    En effet où est la recherche d’unité avec le père ?
    Cela donne l’impresion que c’est moi avec moi
    Où est la transcendance ?
    Le tetragramme est évoqué mais il ne semble pas rattaché à CELUI qui porte ce nom
    Merci pour votre réponse
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :