• L’OBJECTIF ET LA METHODE DE LA FRANC-MAÇONNERIE (Troisième partie)

    L’ego est une marionnette, dont le Témoin est le marionnettiste. Il faut éviter l’inflation de l’ego, en tentant de l’identifier à sa classe sociale, à un groupe (la loge ou autre) et même à l’humanité. Lorsque l’on m’appelle, vais-je répondre « Je Suis », ou bien en donnant le nom, le grade et la qualité de l’ego ?

    L’OBJECTIF ET LA METHODE DE LA FRANC-MAÇONNERIE (Troisième partie)

     

    L‘horizontalité (le temps) et la verticalité (l’éternité) : La vérité du monde est éternelle, mais le monde est-il éternel ? On peut imaginer un temps, où tous les temps sont présents : le passé, le présent et le futur. En effet, l’échelle du temps est relative. Soit une personne qui regarde défiler une troupe : cette personne, qui est à la même hauteur que la troupe, ne voit que successivement quelques rangées de cette troupe. Si une seconde personne est placée sur une tribune, en hauteur donc par rapport à la troupe et à la première personne, celle-ci verra à la fois les rangées vues par la première personne, et aussi les rangées qui précèdent et qui suivent : cette seconde personne « voit » donc le passé et l’avenir du défilé de la troupe. Et si cette personne est placée à une grande hauteur, elle peut distinguer à la fois le passé, le présent et l’avenir du défilé, en quelque sorte, par rapport à la première personne, l’éternel présent.

    Ce serait une grossière erreur de penser que l’éternité est quelque chose de nouveau, qui apparaît à un moment donné sur le sentier. L’éternité – ou la pierre cubique – est toujours là, jamais née. Il s’agit seulement de la dévoiler, c’est-à-dire de cesser de s’identifier avec l’ego.

    Ceci conduit à distinguer deux façons de vivre les 33 degrés du rituel :

    ·        Considérer chaque grade comme une attente de la cible : Ceci est péché, car on rate la cible. On attend chaque fois une révélation nouvelle. C’est reporter à demain, à plus tard, à ailleurs, c’est-à-dire à jamais. On remet toujours à demain, ou au grade suivant !

    ·        Considérer les grades comme l’atteinte de la cible :La Réalité, c’est ici-maintenant. Cela a toujours été. Ce qui manque, c’est la prise de conscience et le dévoilement. « Je suis » depuis toujours, et j’ai en moi tout ce que j’ai besoin, à jamais et depuis toujours. Il suffit de lever le voile. « Au milieu du chemin de notre vie, j’étais dans une forêt obscure car la voie droite était perdue » (Dante).

    Le voile (l’apparence, mâyâ) et le dévoilement (la vérité): (en arabe, le voile se dit Hijab, et veut dire « ce qui sépare deux choses »). Le retrait du voile de la déesse égyptienne Isis représente la révélation de la lumière. Réussir à soulever le voile, c’est devenir immortel. Le voile nous dérobe la splendeur de la vérité.

    Dans le Bouddhisme, le voile qui dissimule la Réalité pure, est Mâyâ. Mâyâ, à la fois, voile et révèle l’ultime réalité – qui est l’identité du moi et du Soi.

    La vérité est donc un dévoilement. Si l’on supprime l’ego, le Soi prend sa place.

    Le voile est l’attribut du monde, derrière lequel il se dérobe, tout en invitant à le soulever pour en découvrir son principe – l’Eternité – si on sait s’en montrer digne. Le voile invite au dévoilement de la Vérité l’homme en quête de la réalisation de soi-même.

    « Il y a un monde sans fin, ô mon frère, et il y a l’être sans nom, dont rien ne peut être dit » (Kabîr Poèmes).

    Le fond et la forme : L’homme est un microcosme, à l’image du macrocosme ; c’est une forme qui participe du fond. Il a et il est. Il a un corps, un mental,… Et « Je suis ». Il y a ce qui est premier, et ce qui est second. Mais en fait, Tout est Un (Le monde est Un : le monde éteint).

    Peut-on dire pour autant qu’il y a d’une part, les apparences, qui n’existeraient pas en fait, et d’autre part, la seule réalité ?

    Chacun souffre et chacun a des joies. Chacun participe à ce que sont les tracas de la vieillesse et de la maladie. Chacun sait qu’il va mourir. Tout cela, qui fait partie du monde, n’est-ce que des illusions ? Non, bien sûr, la douleur est bien réelle. Mais une fois que l’on est dans la Réalité, on ne s’identifie plus avec le corps, le mental, l’intellect,… : j’ai un corps, mais je suis.

    « A cause de l’idée « je-suis-dans-le-corps, on redoute la mort comme la perte de Soi-même. La naissance et la mort ne s’appliquent qu’au corps, mais elles sont superposées au Soi. » (Ramana Maharshi).

    « Les phénomènes sont réels quand ils sont vécus comme le Soi, et illusoires quand ils sont considérés comme séparés du Soi. » (Ramana Maharshi).

    La Lumière et l’obscurité (les ténèbres) : Rituel : « Lumière et Ombre sont les deux éternelles Voies du Monde ». Au 4° grade, le Maître Secret, il est dit « La Vérité est la lumière placée à la portée de tout homme qui veut ouvrir les yeux et regarder la grande route du Devoir ». Au cours de 33 degrés du rite écossais ancien et accepté, le franc-maçon ingurgite de la Lumière. Pour découvrir la vérité, le silence, la nuit et le secret sont nécessaires, car la vérité est « dedans », à l’intérieur.

    La Lumière, de l’éternité, que nous voyons à notre mort – mort initiatique ou mort physique – vit sans nous (l’ego), et vit en nous (le Soi) de toute éternité.

    L’Amour et la haine : Au 18° grade, Chevalier Rose-Croix, la Vraie parole est retrouvée ; c’est l’Amour. La Rose sur la Croix, c’est passer de l’horizontal à la vertical, c’est se mettre debout, vivre en rectitude, dans l’Amour, en sachant donner celui-ci. « Que la Rose fleurisse sur votre Croix » : que le Roi (le Soi, le Moi profond) occupe  d’abord occasionnellement, puis continûment, et enfin à jamais, c’est-à-dire éternellement,le trône, qui est dans mon Temple intérieur, après avoir chassé l’ego, le « petit je », qui a indûment usurpé ce trône.

    L’Etre et l’Un : Le 14° grade Grand Elu de la Voûte sacrée précise : «Je suis celui qui suis. Je suis ce que je suis. Je suis.

    Signification de ces paroles : Elles signifient qu’une part de ma conscience participe à la conscience universelle et se fond dans le flot de toutes les consciences. Une part de moi-même se sépare du Tout et affirme mon ego, je suis ce que je suis. Mais j’aspire à l’ultime initiation qui me permettrait d’aller au-delà de cette dualité. Je suis. En attendant, j’ai un nom et un titre. »  

    4° degré, Maître Secret : « La Vérité absolue réside dans l’inconnaissable ».

    L’ego est une marionnette, dont le Témoin est le marionnettiste. Il faut éviter l’inflation de l’ego, en tentant de l’identifier à sa classe sociale, à un groupe (la loge ou autre) et même à l’humanité. Lorsque l’on m’appelle, vais-je répondre « Je Suis », ou bien en donnant le nom, le grade et la qualité de l’ego ?

    Tout ce qui n’est pas l’éternité, est déjà mort, ou va mourir. Donc, pour être l’éternité, un changement d’identité doit se produire : il faut que l’ego meurt. Maintenant. De toute façon, l’ego n’a jamais été, n’est pas, ne sera jamais. Ce n’est qu’une création du mental.

     

     

    « L’OBJECTIF ET LA METHODE DE LA FRANC-MAÇONNERIE (Deuxième partie)L’OBJECTIF ET LA METHODE DE LA FRANC-MAÇONNERIE (Quatrième partie) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :