• « Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 2)

    17 Les obstacles à la réalisation du Soi sont les habitudes du mental. C’est l’ego qui soulève des difficultés, qui crée des obstacles et qui, ensuite, souffre de la perplexité que fait naître d’apparents paradoxes. Cherchez qui pose ces questions et vous trouverez le Soi.

     

    « Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 2)

     

    17 Les obstacles à la réalisation du Soi sont les habitudes du mental. C’est l’ego qui soulève des difficultés, qui crée des obstacles et qui, ensuite, souffre de la perplexité que fait naître d’apparents paradoxes. Cherchez qui pose ces questions et vous trouverez le Soi.

    18 Le Soi est toujours présent, rien n’existe en dehors de lui. Soyez le Soi et désirs et doutes disparaîtront. Ce Soi est le témoin dans les états de sommeil profond, de rêve et de veille. Ces trois états appartiennent à l’ego. Le Soi transcende même l’ego. N’existez-vous pas durant le sommeil profond ? Saviez-vous alors que vous dormiez et que vous étiez inconscient du monde ? Ce n’est qu’en l’état de veille que vous décrivez cet état de sommeil comme étant inconscience ; pourtant votre conscience, quand vous dormez est la même que lorsque vous êtes éveillé. Si vous savez ce qu’est cette conscience de veille, vous connaîtrez la conscience qui se tient comme témoin dans les trois états. Cette conscience peut être trouvée en cherchant la conscience telle qu’elle était durant le sommeil profond. Le Soi est toujours présent et subsiste dans les trois états.

    19 Si l’on considère les choses d’un autre point de vue, l’unique Réalité est le Soi d’où l’ego surgit ; et l’ego contient les semences des prédispositions acquises au cours des vies précédentes. Le Soi illumine l’ego, les prédispositions et aussi les sens grossiers ; il s’ensuit que les prédispositions apparaissent aux sens sous la forme de l’Univers et elles deviennent perceptibles à l’ego, qui est une réflexion du Soi. L’ego s’identifie avec le corps et perd de vue le Soi. Le résultat de cette inadvertance est l’obscure ignorance et la souffrance de la vie présente. La naissance consiste dans le fait que l’ego oublie son origine, le Soi. On peut alors dire que la naissance de l’individu a tué la mère. Le désir de retrouver sa mère est en fait le désir de retrouver le Soi, c’est-à-dire de se réaliser soi-même, ce qui équivaut à la mort de l’ego ; cela signifie l’abandon à la mère, afin qu’elle vive éternellement.

    20 Le courant de la vie est passé par d’innombrables incarnations, naissances et morts, plaisirs et souffrances, etc., tout comme le cours d’une rivière passe sur rochers, fossés, sables, reliefs et creux ; mais le cours reste inchangé. De plus, plaisirs et souffrances, naissances et morts sont comme des vagues à la surface de l’eau illusoire, dans le mirage de l’ego.

    21 Le Soi est l’unique réalité d’où l’ego apparaît et court à travers des pensées qui se manifestent comme l’Univers dans lequel des mères et des pères, des amis et des parents apparaissent et disparaissent. Ils ne sont rien d’autre que des manifestations du Soi, si bine que les parents ne se trouvent pas à l’extérieur du Soi. Il n’y a donc aucune raison de pleurer leur mort.

    22 Chacun de nous est un « assassin du Soi » (âtmanhan) à chaque moment de sa vie.

    23 Il n’est pas nécessaire de savoir comment l’ego a pris naissance. Connaissez le présent. Si vous ne le connaissez pas, à quoi bon vous soucier du passé ou de l’avenir ?

    24 Comme il se sentit heureux avant que ne s’éveille l’ego ! L’éveil de l’ego est la seule cause de tous les ennuis.

    25 Le mauna (le silence) est l’état qui se manifeste spontanément après l’annihilation de l’ego. Cet état est au-delà de la lumière et de l’obscurité, mais est encore appelé lumière parce que aucun autre nom approprié n’a pu être trouvé. Atteindre la vérité éternelle : vous êtes cela.

    26 L’ego, l’âme individuelle (jîva) est un produit qui reste à la surface, qui est limité par l’entendement et par la sensibilité, une création du non-savoir (avidya). 27 Le Soi est celui par lequel l’esprit pense mais que nul esprit ne peut penser.

    28 « Ce qu’on ne pense pas par la pensée, par quoi, dit-on, la pensée a été pensée, c’est cela le brahman ». « Ni par la parole, ni par la pensée, on ne peut l’atteindre, ni par le regard. Comment se laisse-t-il percevoir, sinon en disant : il est ».

    29 Il ne faut pas non plus le confondre avec ce que nous appelons la conscience, car il est sous-jacent à tous les phénomènes e conscience. Il est le substrat de nos trois états. Afin de penser, il faut d’abord être. « Je suis, donc je pense ». 30 Eveiller l’homme à la véritél’aléthéia – le non-oubli) de sa nature authentiquer.

    31 L’esprit n’est qu’un agrégat de pensées. Ces pensées se manifestent parce qu’il existe un penseur. Ce penseur, c’est l’ego. L’esprit et l’ego ne font qu’un. L’ego est la pensée originelle d’où émanent toutes les autres.

    32 Plongez en vous-même. La source de l’esprit est en vous ; cherchez-là. Inutile d’éliminer le faux « moi ». Comment le moi pourrait-il s’éliminer lui-même ? Il suffit simplement d’en découvrir la source et d’y demeurer. L’effort personnel ne peut conduire plus loin. Cela qui se trouve au-delà prendra soin du reste ; il n’est pas en votre pouvoir d’aller jusqu’à Lui.

    33 L’individu ne peut exister sans le Soi, mais le Soi peut se passer de l’individu.

    34 L’ego à l’état pur, dissocié de l’identification au monde objectif, existe dans l’intervalle entre deux états de conscience ou entre deux pensées. L’ego est semblable à une chenille qui ne lâche prise qu’après avoir assuré la prise suivante. Prenez conscience de cet espace interstitiel, après avoir étudié les trois états de conscience pour vous y aider.

    35 L’ego est un reflet du Moi véritable dans l’esprit. L’ego prend sa source dans le Soi ; il n’est pas séparé de lui. C’est pourquoi il suffit de remonter à sa source et de s’y fondre. Le noyau intime de l’ego est appelé le Cœur.

    36 La mort de quelqu’un fait souffrir ceux qui restent. Pour ne plus souffrir, il faut cesser de vivre, tuer celui qui souffre. Après cela, qui pourra encore souffrir ? L’ego doit mourir. C’est la seule solution.

    37 Ame, esprit, ego, ne sont que des mots. En fait, il n’existe aucune entité correspondant à ces termes. La Conscience représente l’unique vérité.

    38 L’extroversion et le vagabondage mental sont la cause de cette identification avec le corps, qui fait de nous des prisonniers et nous rend malheureux. Renaître veut dire en fait être insatisfait de notre condition actuelle et désirer vivre dans des circonstances heureuses.

    39 JE SUIS est l’océan et les ego individuels des bulles évanescentes au sein, de l’océan. La mort consciente est le but de l’évolution ; c’est être immortel tout en étant incarné.

     

     

    « « Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 1)« Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 3) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :