• Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine. (Partie 3)

    A partir de 1789, la classe bourgeoise a effectué sa révolution et a pris tout le pouvoir, tant politique, qu’économique et culturel, surtout à compter de 1848. On peut donc dire qu’aujourd’hui cette classe dispose de tous les pouvoirs.

     

    Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine. (Partie 3)

     

    Il n’y a aucune contradiction antagonique entre les revendications des classes moyennes et des classes populaires : au contraire, si elle veulent survivre, et ne pas être paupérisées, et prolétarisées, les classes moyennes ont tout à fait intérêt à se mettre sous la direction de la classe ouvrière, seule classe déterminée et prête à aller jusqu’au bout du processus révolutionnaire. Par ailleurs, la classe ouvrière doit se doter très vite des outils indispensables à la réalisation de sa responsabilité historique : créer un nouvel Etat socialiste. Ces outils sont notamment : un parti communiste authentique, des syndicats révolutionnaires, un front populaire, unissant le peuple, et une armée rouge, capable de mener les combats de rue.

    Depuis le 17 novembre, les idées ont progressé à grand pas : qui aurait pensé, il y a un mois, qu’il y aurait une telle nouvelle tonalité dans les médias, et sur les diverses scènes publiques ? Par tous les moyens, mais sans y parvenir, l’Etat bourgeois cherche à éteindre l’incendie qui se propage. Tous les moyens sont bons à cela : mettre en avant les éléments les plus pourris des gilets jaunes, la menace, la violence totale des forces de l’ordre, trafic sur les sondages, etc. Mais plus rien ne percute : le Peuple sait bien que s’il recule, ce seront des années de vache maigre, avant qu’une nouvelle occasion de révolte se représente.

     

    PREMIER CAHIER DE DOLEANCE

     

    QU’EST-CE QUE LE PEUPLE ?

     

    Le plan de cette brochure est assez simple. Il s’agit de répondre à trois questions :

    1)    Qu’est-ce que le Peuple ? TOUT.

    2)    Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique et dans l’ordre économique ? RIEN.

    3)    Que demande-t-il ? TOUT.

     

    INTRODUCTION :

    A partir de 1789, la classe bourgeoise a effectué sa révolution et a pris tout le pouvoir, tant politique, qu’économique et culturel, surtout à compter de 1848. On peut donc dire qu’aujourd’hui cette classe dispose de tous les pouvoirs.

    En face d’elle, le Peuple, composé de diverses catégories et classes sociales, s’il a toujours contribué à la victoire de la bourgeoisie sur l’aristocratie, à la victoire du capitalisme sur le féodalisme, ce Peuple a sans cesse été grugé et dépossédé de tous ses droits.

    Lorsque le Peuple a tenté de relever la tête, pour participer aux affaires publiques, il a été violemment décimé, comme lors de la Commune de Paris de 1871, ou bien il a subi la boucherie de la guerre impérialiste de 1914-1918. Le Peuple n’a pas pu, dans le cadre de la guerre contre le fascisme de 1940 à 1945, prendre la tête du mouvement de libération nationale, ni dans le cadre de la guerre froide de 1945 à 1989, prendre le pouvoir, en raison en particulier de la trahison du révisionnisme moderne, représenté par le Parti « communiste » français.

    Après avoir atteint son apogée au cours de la III° république, après la première guerre mondiale de 1914-1918, boucherie qui a assommé et affaibli les forces populaires, cette classe exploiteuse, la bourgeoise, n’a cessé depuis de décliner, en tant que classe, perdant toutes ses valeurs morales, et toute légitimité en tant que classe dominante.

    En conséquence, on peut le dire, parce que c’est ce qui est vécu tous les jours, en France, ici et maintenant, il n’y a, pour le Peuple, ni égalité, ni liberté, ni même démocratie : le Peuple, dans l’ordre politique et dans l’ordre économique, n’est RIEN. Il convient d’examiner, après environ deux cent trente années de domination politique et économique de la classe bourgeoise, ce qui a conduit à une telle situation : Première question.

    Si l’on considère l’infrastructure du pays, à savoir son socle économique, l’émergence et l’instauration du système capitaliste dans le cadre du système féodal, puis sa consolidation après la révolution de 1789, cette infrastructure a connu un développement des forces productives sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

    D’abord capitalisme libéral, cette formation sociale est devenue, de la fin du XIX° siècle à 1914, un impérialisme d’Etat. Ceci a été obtenu grâce au Travail du Peuple ; mais le Capital a su s’emparer de tous les leviers de commande pour s’accaparer les fruits de ce Travail. En cela, on peut dire que le Peuple est TOUT, du point de vue de la production, et que, de ce point de vue, la bourgeoisie n’est RIEN.

     

     

    « Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine. (Partie 2)Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine. (Partie 4) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :