• Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine. (Partie 1)

    Qu’est-ce que le Peuple ? TOUT.

    Que représente le Peuple dans l’ordre politique et économique ? RIEN

    Que demande le Peuple ? TOUT.

     

    Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine. (Partie 1)

     

    AVANT-PROPOS :

    Quel bilan peut-on faire des cinq premiers actes de révolte des Gilets Jaunes ?

    Les trois questions à résoudre sont :

    Qu’est-ce que le Peuple ? TOUT.

    Que représente le Peuple dans l’ordre politique et économique ? RIEN

    Que demande le Peuple ? TOUT.

    Le Peuple représente la très grande majorité de la population française, soit plus de 95 % du total. Son ennemi, les ci-devant bourgeois représentent une extrême minorité de la population. Cependant le système capitaliste est aux mains de cette bourgeoisie (l’Etat bourgeois et tous ses démembrements, dont la police et l’armée). Peu à peu, la bourgeoisie (notamment les hyper riches) est devenue étrangère au peuple : elle est en-dehors de la vie quotidienne, plus ou moins cosmopolite, disposant de tous les leviers politiques et économiques.

    L’étape historique actuelle vise à détruire l’Etat bourgeois, et à rendre au Peuple tout les pouvoirs, politiques, économiques et culturels. Pour ce faire, la révolution prolétarienne est nécessaire, pour rétablir l’harmonie entre l’infrastructure et la superstructure. Il est donc nécessaire de renverser la bourgeoisie, tout comme celle-ci avait, avec l’aide de tout le Tiers-état, renversé la féodalité en 1789. Une période de dictature suer la bourgeoisie est indispensable, afin d’obliger celle-ci à réintégrer le peuple : par exemple, en limitant les écarts de revenu de un à dix, en restaurant les diverses libertés (information, aux mains des oligarques, en réalité une dizaine de familles milliardaires) ainsi que l’égalité (logement, scolarité, revenu, etc.).

    Dans la première partie de ce mouvement révolutionnaire, ce sont les classes dites moyennes qui se sont mises en mouvement. Ce sont les classes de la petite-bourgeoisie (employés, artisans, petits commerçants, etc.), classe en voie de prolétarisation, et donc de déclassement, mais qui ont encore les moyens (voiture, maison individuelle, etc.), mais qui vivent aussi dans un monde illusoire, celui de pouvoir aménager le capitalisme, de le rendre plus humain, de faire faire à la roue de l’histoire, une marche arrière.

    Voilà pourquoi le mouvement actuel se nourrit de nombreuses illusions :

    -- Illusion quant à la violence : L’Etat bourgeois oppose au Peuple un sévère violence réactionnaire, manifestée en particulier par la police : yeux crevés, mains arrachées, grenadage, etc., ainsi que par la justice : prison ferme pour les gilets jaunes, etc. Il est absurde de penser que le mouvement obtiendra des résultats tangibles (quant au pouvoir d’achat), sans recourir à la violence révolutionnaire, et à la résistance populaire : c’est là la seule façon de faire reculer le gouvernement.

    -- Illusion quant aux négociations avec les représentants du gouvernement : comme tout mouvement révolutionnaire qui débute, les gilets jaunes voient charrier tout un ensemble de personnages interlopes, qui s’auto désignent les « représentants, », un ensemble de carriéristes, parfois de provocateurs. Il est certain que l’avancée du mouvement va faire reculer tous ces éléments négatifs.

    -- Illusions quant aux intentions de la bourgeoisie dominante : ce serait une erreur de penser que la bourgeoisie dominante va, de façon pacifique, reculer et accepter des compromis : seul le rapport de force favorable au peuple permet d’aboutir à cela.

    OK pour la commisération de la part des médias pour les commerçants, chez lesquels les journalistes et les élus ont l’habitude de se fournir et de déjeuner (pour 200 € a dit le ministre Darmalin, pour deux menus, vin non compris. Mais voilà des années que les gilets jaunes ne vont plus chez ces commerçants là. Mais, depuis 40 ans, les médias ont-ils eu de la commisération pour les gilets jaunes, et les pauvres, qui ont tout perdu, y compris la dignité, et sont devenus enragés? La lutte seule leur rend la dignité! Un peu de patience, les commerçants, après tout vous vous gavez depuis longtemps.

    Il faut venir voir la pauvreté dans les quartiers, pour voir, comment, à force de privations, depuis quarante ans, le pouvoir transforme les citoyens pauvres, majoritaires dans le pays, en "enragés".

    --. Illusion quant au légalisme bourgeois : Certains protagonistes lancent l’idée d’un R.I.C (référendum d’initiative citoyenne), comme si la bourgeoisie allait facilement accepter de partager le pouvoir avec le peuple. Comme l’a dit, il y a longtemps  Coluche : si les élections devaient changer quelque, chose, elle auraient été supprimées. De mêle, il est absurde de faire croire que le Peuple va décider de son avenir, par référendum, sans que le Peuple ne dispose d’abord de tous les pouvoirs, et qu’il ait mis sur la touche la bourgeoisie (dictature du prolétariat).

    -- Illusion quant aux intentions des forces armées et de la police, dans son ensemble : s’il y a bien, dans ces corporations, des individus prêts à servir le Peuple, plutôt que la grande bourgeoisie, il est absurde de penser que la nouvelle société à créer ne passera pas par la création d’une nouvelle police populaire, et d’une armée populaire.

     

     

    « Nous devons traiter les deux en même temps : « La fin d’un monde » et « la faim du moi » (« la fin du mois ») [dixit MACRON] (Partie 13)Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine. (Partie 2) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :