• Socialisme ou barbaries (Partie 6)

    Pourtant, le XXI° siècle, qu’on, le veuille ou non sera le siècle de l’instauration d’un nouveau système politique, celui du socialisme, appelé à remplacer le capitalisme : cela veut dire à la fois la destruction de l’Etat bourgeois par la révolution prolétarienne, et le remplacement par un Etat socialiste, véritablement démocratique et planificateur. Pour parvenir à ce résultat, il ne faudra compter que sur ses propres forces et se défier des partis traditionnels, ainsi que des élus en place. Il convient de dresser le tableau de ce que sont les élus, de gauche comme de droite, qui sont censés représenter le peuple français, et donner les principes de ce que devraient être les élus populaires.

     

     

    Socialisme ou barbaries

    Lettre ouverte à mon ami Alain A.

    (Partie 6)

     

    Les élections régionales ont offert une excellente illustration de ce qu’est devenue la « démocratie » française. Une fois la campagne électorale terminée, les suffrages étant décomptés, les vainqueurs étant désignés, à nouveau le peuple est dessaisi de ses droits politiques et n’a plus aucune prise sur sa vie quotidienne. De plus, la classe politique représente toujours les mêmes individus : ce sont les membres de trois fractions de la classe bourgeoise, élus professionnalisés, cumulards et magouilleurs. Cela représente un patron d’entreprise qui ferait voter les employés de l’entreprise pour désigner, parmi les candidats désignés par lui-même, par exemple ses trois fils, lequel des trois doit gérer pendant un mandat de cinq années son entreprise. En fin de compte, nul changement n’interviendra par l’intermédiaire des élections. Parmi les trois fils du patron, il faut choisir celui qui sera « légitimé » pour tenir pendant un mandat les « chaînes de l’esclavage ». Quel droit ? Celui de choisir. Ensuite, silence dans les rangs et soumettez-vous.

    Depuis de nombreuses années, toujours le même refrain : « Maintenant, nous avons compris le message, et nous allons changer les choses ». Et toujours le même résultat : les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres. Qu’est-ce que le fait de voter Jacques Chirac en 2002 face à Jean Marie Le Pen a changé ? Rien. Sinon une évolution favorable du fascisme ! Continues de cette façon, à appeler à voter pour les vieux partis du vieux système, Alain, et tu auras mis le Front National en position de gouverner la France !

    Alliance avec la bourgeoisie « républicaine » pour faire barrage au Front National ? Est-on bien sûr du deal ? Ces deux fractions « républicaines », Parti « Socialiste » et « Les Républicains »,  ont-elles donné des garanties pour combattre véritablement le fascisme ? Par exemple en luttant contre le chômage et la vie chère ? Voilà plus de quarante années que les élus bourgeois ne font rien, notamment dans les régions, en faveur des plus pauvres. S’ils appellent à lutter contre le Front National, c’est bien pour garder les places. Quitte à eux-mêmes mettre en avant des valeurs fascistes. Jean Pierre Masseret en est l’exemple type. Jean Pierre Masseret, franc-maçon, secrétaire d’Etat aux anciens combattants dans un gouvernement bleu marine en 2017 ? Pourquoi pas ! Ah, arrivisme politique, quand tu nous tiens ! Et Philippe Richer, va-t-il changer de politique lors du prochain mandat ?

    Oui, Manuel Valls (même s’il ment et exagère pour sauver les meubles de la classe politique traditionnelle au pouvoir depuis quarante années), a raison sur un point : la montée du Front National, dans les suffrages réveille la lutte de classes et lui fait faire un bond en avant en France : si la bourgeoisie classique menait jusqu’à présent une guerre qui n’osait pas dire son nom, calfeutrée, en catimini, contre les classes travailleuses, classes dangereuses, et les pauvres (il n’y a qu’à prendre en compte le nombre de chômeurs, de personnes mal ou pas logées, de personnes au rouge au niveau bancaire, etc.), par contre le Front National est une guerre ouverte contre le peuple, qui dit son nom : le fascisme.

    Maintenant, les isoloirs vont être rangés, et la « démocratie » sera mise entre parenthèse jusqu’aux élections présidentielles, en 2017 : alors recommencera la même comédie électorale, chacun des candidats des partis dits de gouvernements, quels qu’ils soient, espérant pouvoir s’opposer au candidat du Front National, afin d’être élu, dans les mêmes conditions que Jacques Chirac en 2002 !

    Pourtant, le XXI° siècle, qu’on, le veuille ou non sera le siècle de l’instauration d’un nouveau système politique, celui du socialisme, appelé à remplacer le capitalisme : cela veut dire à la fois la destruction de l’Etat bourgeois par la révolution prolétarienne, et le remplacement par un Etat socialiste, véritablement démocratique et planificateur. Pour parvenir à ce résultat, il ne faudra compter que sur ses propres forces et se défier des partis traditionnels, ainsi que des élus en place. Il convient de dresser le tableau de ce que sont les élus, de gauche comme de droite, qui sont censés représenter le peuple français, et donner les principes de ce que devraient être les élus populaires.

     

     

    « Socialisme ou barbaries (Partie 5)Socialisme ou barbaries (Partie 7) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :