• RECIT DU CHEMINEMENT DE PIERRE QUADER QUI A AIME, TRAVAILLE ET PRIE POUR NE PLUS RENAITRE (Partie 38)

    Oh ! Voici le mérite et voici le péché,

    Je ne désire ni l’un, ni l’autre,

    Donne-moi seulement le PUR AMOUR.

    RECIT DU CHEMINEMENT DE PIERRE QUADER QUI A AIME, TRAVAILLE ET PRIE POUR NE PLUS RENAITRE (Partie 38)

     

    CAHIER VERT

     

    LE FEU DIVIN

     

    I

    Oh ! Voici le mérite et voici le péché,

    Je ne désire ni l’un, ni l’autre,

    Donne-moi seulement le PUR AMOUR.

     

    1- Pierre, âgé de trois années, escalade les genoux de son père, assis, afin d’atteindre le visage de celui-ci. De ses bras puissants, son père le saisit et le porte au niveau de son visage. Par jeu, et imaginant effectuer une action aimante, Pierre tripote le visage de son père à l’aide de ses deux mains, lui déformant les joues. Sans qu’il y ait de mauvaises intentions, Pierre pince un peu fortement une joue de son père. Malgré le peu de force de Pierre, son père eut une douleur vive dans la joue et, pour se dégager de cette étreinte maladroite, de sa main droite libre, il assène une bonne gifle à Pierre, le faisant rouler de ses genoux à terre. Pierre, à la fois surpris de la réaction imprévisible de son père, et sous le coup de la douleur, pleurniche à chaudes larmes. Sa mère, à proximité, recueille Pierre dans ses bras, morigénant son mari et consolant tant bien que mal son fils : « Pourquoi le frappes-tu ? Ce n’est rien ! Il n’a rien fait de méchant ! Il ne l’a sûrement pas fait exprès ! ».

    C’est là le premier souvenir et la première image que Pierre conserve lorsqu’il se plonge dans le passé : une gifle donnée par son père accompagnée d’un fort sentiment d’injustice, car ce geste lui paraît à la fois gratuit, injuste et immérité.

    2- Pierre, âgé de quatre années, se promène avec son père et sa mère, par une belle journée printanière, sur un sentier forestier, dans une zone vallonnée. Le soleil darde ses rayons avec prodigalité ? Le père, enjoué, s’empare de Pierre, et d’un mouvement leste, le soulève du sol et le pose sur ses larges épaules.

    Soudain, au détour d’un chemin, il pointe son bras dans la direction devant lui un point situé à une centaine de mètres et murmure à Pierre : « Regarde, un chevreuil ! ».

    3- Un matin, Pierre, âgé de cinq années, s’amuse avec son frère, d’une année plus âgé que lui, dans la cuisine, sous le regard attentionné de leur mère. Soudain, celle-ci constate qu’il manque un produit de première nécessité pour préparer le repas familial de midi. Prise par l’urgence, ne sachant pas quoi faire des deux enfants dont elle a la garde, ne pouvant les confier à personne, et pour éviter qu’ils ne bougent et déambulent dans un endroit défendu et dangereux, elle décide de les installer assis sur la table de la cuisine, leur interdisant formellement de descendre de cet endroit haut perché jusqu’à son retour. Puis elle s’empare de son porte-monnaie et d’un sac de commission, et se précipite hors de la cuisine, chez le commerçant, pour effectuer les diverses courses.

    Abandonnés par leur mère, les deux marmots pleurent d’abord doucement. Face à l’absence de réaction, s’encourageant l’un l’autre, leurs sanglots à demi-étouffés se transforment peu à peu en hurlements, chacun mettant toute la force dont il est capable. Ces hurlements, après quelques minutes, prennent un ton de panique, caractérisant un abandon définitif et total.

    La mère, à l’approche de la maison, entendant ces cris éperdus, prise elle-même de panique, revient à pas précipités, ne sachant ce qui se passe et craignant le pire.

    4- Le grand frère de Pierre collectionne divers objets personnels de peu de valeur marchande, mais auxquels il est sentimentalement attaché, divers souvenirs rassemblés, comme des cartes postales, des billes de verre multicolores, des pierres ramassées lors de promenades et diverses autres babioles. Pour les préserver des mains indélicates, il les a enfermés dans le tiroir fermé à clef d’une massive armoire lorraine.

    Un jour, âgé de six années, Pierre remarque ce tiroir aux trésors minutieusement fermé à clef par son frère. Cela suscite la convoitise de Pierre, attiré par un trésor sans doute sans prix. Curieux, alors que son frère s’est absenté, Pierre prend un tournevis dans la boîte à outils et essaie, avec beaucoup de zèle, d’ouvrir ce tiroir pour accéder aux objets convoités. Il ne parvient pas à faire tourner le dispositif de la serrure, qui sous les coups portés avec de ^plus en plus de force, casse.

    A son retour, le frère aîné constate les dégâts causés et interroge les uns et les autres sur l’origine de ces dégâts. Apprenant bientôt que c’est Pierre qui a tenté de forcer la serrure, ce dernier se réfugier derrière le dos de la mère, qui le protège comme elle peut. Mais la colère du frère aîné est si grande qu’elle ne parvient pas à empêcher celui-ci de gratifier Pierre d’une gifle magistrale.

    5- Pierre a rencontré Marie la première fois sur le chemin de l’école, alors âgé de quatorze années, Marie ayant sensiblement le même âge. Plutôt naïve et bien pensante, Marie accoste Pierre et lui ^pose diverses questions relatives à l’amitié et aux relations entre filles et garçons : cela manifeste de sa part un fort besoin de protection, qu’elle recherche présentement auprès de Pierre. Plus tard Pierre a l’impression d’avoir rencontré souvent Marie sur le chemin de l’école ; mais il ne sait pas si cette impression de la côtoyer et de dialoguer avec elle n’est pas plutôt le fait qu’il a rêvé la nuit et pensé la journée de nombreuses fois à Marie.

    Toujours est-il que la nuit suivant la première rencontre, Pierre s’est réveillé le matin, éprouvant un total bien-être, après une éjaculation nocturne encore fraîche. Son slip est maculé d’un liquide épais, blanchâtre et chaud. C’est un dimanche et immédiatement Pierre va à la rencontre de sa mère, comme il le fait à chaque fois que se produit un événement inattendu et inaccoutumé. Pierre, l’air inquiet, s’enquit auprès de sa mère, occupée à faire la vaisselle dans l’évier de la cuisine, à propos de ce qui s’est déroulé, confessant : « Une sorte de liquide blanchâtre est sorti de mon pénis, de quoi s’agit-il ? ». Sa mère, surprise, n’ose répondre à cette question incongrue.

    6- Pierre, âgé de quinze années, est assis sur un sofa, à côté de sa petite sœur, âgée de neuf années. Ils discutent de choses et d’autres, de l’école et de connaissances amicales communes. Tout à coup, Pierre est pris d’une irrésistible pulsion de glisser sa main sous la jupe de sa sœur, d’écarter la culotte et de caresser l’entrejambe de celle-ci ; ce faisant, il sent quelque chose d’humide et de chaud.

    Sa sœur, d’abord surprise par ce geste déplacé et inattendu, manifeste ensuite un grand sentiment de honte qui la fait rougir, et prise d’une émotion de colère, elle envoie à Pierre une gifle assénée de toutes ses forces.

    7- Pierre est tombé amoureux fou de Marie, mais, d’une timidité maladive, il n’ose jamais l’aborder. C’est pourquoi, chaque fois que Marie passe devant son domicile, seule ou accompagnée d’une amie, Pierre l’observe discrètement, caché derrière les rideaux de sa chambre. Pierre surveille le passage de Marie : ce manège a duré près de quatre années, jusqu’à ce que Pierre parte effectuer son service militaire.

    L’ayant aperçu ou non, il vit ensuite, en imagination toute la journée de ce souvenir, brodant toutes sortes de scénarii et mettant en place diverses historiettes se déroulant dans ses rêves éveillés.

     

     

    « RECIT DU CHEMINEMENT DE PIERRE QUADER QUI A AIME, TRAVAILLE ET PRIE POUR NE PLUS RENAITRE (Partie 37)RECIT DU CHEMINEMENT DE PIERRE QUADER QUI A AIME, TRAVAILLE ET PRIE POUR NE PLUS RENAITRE (Partie 39) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :