• En poursuivant mon chemin, j’ai compris, de manière pratique, quel est l'objectif : c’est la disparition du « petit moi », et sa fusion avec le Soi. J’ai une situation – familiale, professionnelle –, un caractère, de l’argent, des biens, une identité, etc. Je ferai abstraction de tout cela pour aller vers l’essentiel, l’éternel en moi-même : mon âme divine, mon Maître. Une fois que j’ai bien compris – c’est-à-dire que je vis cela – « mon » corps, « mon » véhicule », « mes » biens, « mon » identité deviennent accessoires : ce ne sont que des moyens indispensables visant à servir l’humanité, celle-ci étant représentée par les membres de ma famille, ceux qui m’entourent, mais aussi les autres, tous les autres. Que l’Instructeur me vienne en aide, pour que je ne lâche p as prise sur l’essentiel. Je serai un bon gérant des biens mis à ma disposition pour atteindre le but.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • « CORPS ET AME.

    Le yin aime bien le yang et le yang le lui rend bien : c’est là le tao !

    L’âme dit au corps :

    « Moi qui t’avais connu si fort et si vivant, voilà que tu t’écroules. Etendu, cadavérique, tu luttes sans répit contre le chagrin et je cherche dans tes yeux ce que tu penses, ce que tu souffres. »

    Et le corps répond :

    « L’hiver rude et la glace enveloppaient les cœurs. Puis le renouveau : tout semblait pour le mieux. Voletaient les papillons, fleurissaient les couleurs. D’abord l’étonnement, ensuite l’ébranlement. Pourquoi me tient-on à l’écart ? Suis-je encore un enfant ? Savais-tu que tu allais vers ta fin ? Mots durs, maux douloureux, instants tragiques ! Et nous avions prophétisé la fin ; et maintenant qu’elle frappe à la porte, que faire, où aller, que dire ? »

    Le yin, tendre et léger comme une femme, le yang, dur et froid comme un tombeau, est-ce bien là le tao ?

    L’âme dit au corps :

    « Misérable, te croyais-tu éternel ? Sachant que tu devais mourir, que laisses-tu derrière toi ? Non, ton destin n’intéresse personne ! Sommes-nous prisonniers de chaînes forgées par nous-mêmes ? Ton image s’étale partout, sur les murs et dans les journaux, et s’étale d’autant plus que le plaisir que tu offres est absent de la vie quotidienne ! Ton spectacle développe envie et jalousie et l’amour est un désert ! »

    Et le corps répond :

    « O scandale et mensonges ! C’est toi qui étouffes mes désirs, et tu joues la comédie. Nous autres les vivants, nous t’avons vu partir, lentement, goutte à goutte, et nul n’a pu te secourir ! Tu me considères comme ton ennemi, comme un mauvais coucheur, un allié douteux, qui décroche au dernier moment, et qu’il faut dresser, morceau par morceau. Tu enseignes le mépris de la chair : « Tu ne toucheras pas ton corps ! ». Mépris de soi, peur de soi, haine de soi : maladie ! Tu vis loin de moi et pourtant ton bonheur est le mien. »

    Le yin souffre et le yang espère : qu’as-tu fait du tao ?

    L’âme dit au corps :

    « Débordements, tu recherches ce qui est bestial, animal. Dehors, ailleurs, la vie continue : qui s’intéresse à ce mourant ? Et tu montres ton cadavre décharné : « Regardez, que suis-je encore ? Qu’a-t-on fait de moi ? ». Etranger à toi-même, rebelle ! Qu’il est difficile d’aimer avec toi ! Plus le temps d’aimer ! L’argent achète tout : en avoir ou ne pas en avoir, là est la question ! Reviens à toi, ce n’est qu’une mauvaise passe ! »

    Et le corps répond :

    « Moi qui joue au héros, ô que cela va vite ! Et nous voilà désemparés devant ce lit vide ; quel fut ton dernier soupir ? Nous ne savons plus que faire ! Es-tu là encore ? Nous as-tu quittés ? Est-ce toi, ce regard froid et sec que j’ose à peine effleurer ? Que tu es dur ! »

    Et l’âme de répliquer :

    « Que tu es mou ! Et la vie continue sa course folle ! Suis-je coupable de ta mort ? Aurais-je pu te retenir ? Qu’il m’est pénible de voir fermer ce couvercle, à jamais ! ».

    Et le corps flasque et silencieux, et l’âme absente, et le yin et le yang ont mangé le tao. »

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Mon nouveau thème de concentration pour effectuer l’exercice du matin est le prologue de l’évangile de saint Jean :

    1-Au commencement, le Logos.

    Le Logos est vers Dieu.

    Le Logos est Dieu.

    2-Il est au commencement avec Dieu.

    3-Tout existe par Lui.

    Sans Lui, rien.

    4-De tout être, Il est la vie

    La vie est la Lumière des hommes.

    5-La Lumière luit dans les ténèbres,

    Les ténèbres ne peuvent l’atteindre.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Politiquement, on distingue la « gauche » et la « droite ». Socialement, il y a deux et seulement deux écoles.

    Selon la première école, c’est parce qu’il existe des gens riches que les gens pauvres peuvent vivre. Le luxe est important car il crée une forte domesticité qui peut en vivre. Ce point de vue est celui de Voltaire, du libéralisme, du capitalisme et de l’impérialisme.

    Selon la seconde école, plus les uns seront riches, plus les autres seront pauvres car il n’y a qu’un seul gâteau mal partagé : il convient donc de supprimer la propriété privée pour instaurer plus de justice. C’est le point de vue de Rousseau, du socialisme du communisme et du cosmopolitisme.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Il faut que je meure à toutes ces images de mort et que je ressuscite à Dieu. Sinon, parmi tous ces manquements aux engagements pris, comment m’étonner alors que je sois puni dans mon corps, par l’attrait de la bonne chair, des vains plaisirs de la bouche et des boissons alcooliques ? J’éviterai la désespérance et pour cela, je prendrai modèle sur mon activité de course. Quand je cours, à un moment donné, après un effort important, je me décourage, et ce sentiment moral se répercute sur le plan physique. Alors je me sens las, et je cesse tout effort, cassé dans mon élan. Sauf lorsque je donne tort à mon « petit je », que je le raisonne et que je reprenne le dessus. Il suffit d’un rien pour que le pessimisme soit vaincu et que je reparte de plus belle.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire