• 2 – 6 : 15° Voie : le Pape. L’Eléphant. HE. Lettre Simple : Bélier, Nissan, Limite Est du haut, locution. Pied droit. Le souffle de l’existence. La spiritualité. L’éther. UNE FENETRE. Valeur numérique : 5.

    LE PAPE : La croix pontificale rappelle l’arbre des sephiroth. Le pape signifie la conjonction du mercure et du soufre, alliance entre les deux personnages qu’il bénit. Il évoque la quintessence. Le pentagramme est le symbole du microcosme. Comme le pape, le maçon porte des gants blancs symboles de pureté. La blancheur ou le bleu céleste marquent qu’il s’agit d’un travail spirituel. Les cinq souffles du  et les cinq points de la maîtrise, se placent, en kabbale, sue le corps de l’homme :

    • Néfesh, sur Malkhut, se place sur le corps de l’homme, sur les pieds ;
    • Rouah, le souffle de l’existence, sur les six sephiroth de construction, soit de Hessed à Yessod, autrement dit sur les jambes, le tronc et les deux bras ;
    • Neshama sur Binah, soit sur le côté gauche de la tête ;
    • Haya sur Hockmah et Keter, soit sur le côté droit de la tête et son sommet ;
    • Ye’hida au niveau de l’Ein Sof, soit juste au-dessus de la tête.

    Hiram est ressuscité par les cinq points de la maîtrise, en correspondance avec les pieds, et en remontant le long des sephiroth par les genoux, puis les épaules et la poitrine, et le côté droit du visage. Enfin, le souffle est projeté en donnant les mots d’une oreille à l’autre, d’un côté de la tête à l’autre.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • LA COLOMBE : Symbole de douceur et d’amour, dans le mythe de Noé, la colombe annonce la terre (retour de l’élément solide) et la fin de la pluie (retour du soleil). C’est l’Esprit Saint (Descente des cieux au-dessus de Jésus), et l’ « Oiseau de l’âme » (à la mort, la colombe s’élève jusqu’au paradis et se pose sur l’arbre de vie). En alchimie, la colombe blanche symbolise l’albedo (l’œuvre au blanc) qui succède à la nigrido (l’œuvre au noir), au cours de laquelle la materia prima se transforme en pierre philosophale, ou le corbeau noir devient blanche colombe. En te purifiant, tu puises au plus profond de toi-même la volonté qui te délivrera de tes entraves, de tes « maladies ». « Soyez prudents comme les serpents et simples comme les colombes » (Matthieu, 10,16). Il faut tâcher d’unir l’intellectualité cérébrale avec la spontanéité spirituelle. C’est dans la lumière de l’idéal qu’il faut penser !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • LE DRAGON : Le dragon est vaincu, « maîtrisé », jamais tué. C’est un gardien des trésors cachés, un gardien du seuil du temple. Il unit les quatre éléments. Il reste à cherche la Quintessence, le cinquième élément. Il symbolise le Soufre philosophale, considéré comme l’expression terrestre du Feu Divin. La crainte du dragon serait une erreur fatale.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • LES MASQUES : Tout homme a un vrai visage, un visage originel, qui est caché par son, visage ordinaire. Le masque est posé sur la vérité de son être. Il s’agit de surmonter la dualité. Dans l’Evangile de Thomas, il est écrit : « Lorsque vous ferez de deux Un, et que vous ferez l’intérieur comme l’extérieur, et l’extérieur comme l’intérieur, et ce qui est en haut comme ce qui est en bas, et lorsque vous ferez du mâle avec la femelle une seule chose, alors vous entrerez dans le royaume ». En franchissant l’obstacle de la dualité, tu passes de l’individualité refermée sur elle-même à la personnalité ouverte sur l’univers. ».

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • 9 Vanité.

     

    Le cavalier désarçonné par sa monture

    Furieuse les fesses cul par-dessus la tête

    Dans un désordre incohérent de gestes

    Avec fracas sur l’obstacle de la démesure

     

    Cheval menant l’attelage quelle posture

    Sur les instincts la disharmonie culbute

    Avec lui toutes imperfections emportent

    Néant et mort partageant cette aventure.

     

    Les sept embûches graves pêchés toujours présents

    Prêts à resurgir mais d'un coup s'évanouissant

    Le candidat  capable de rester maître

     

    Le voyageur courageux chevauche noblement

    En nourrissant le feu intérieur maintenant

    Et ici par le désir de nouveau renaître.

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire