• Metz, une ville … gérée comment ? Dans l’intérêt de qui ?

    Il s’agit d’en finir avec l’idée fausse d’une ville de Metz gérée jusqu’en 2008 par la « droite », puis à compter de 2008, par la « gauche ». Sur la notice biographique de Jean-Marie Rausch, iles t indiqué : « Depuis l’institution du suffrage universel en 1848, Metz avait toujours eu un maire de droite jusqu’à cette élection [celle de 2008], y compris pendant la période qui s’étendait de 1871 à 1918 quand, par le Traité de Francfort (10 mai 1871), une grande partie de la Moselle et de l’Alsace avaient été abandonnés à l’Empire allemand. » Et dans la notice biographique de Dominique Gros il est indiqué plus sobrement : « Le vendredi suivant, 21 mars [2008], le nouveau conseil municipal l’ [Gros] élit maire, le premier de gauche à Metz depuis l’instauration du suffrage universel en 1848. ». Quand on connaît un peu l’histoire réel – Rausch, ministre de Mitterrand, et Gros adjoint de Rausch – cette affirmation de premier maire de « gauche » depuis 1848 relève des contes pour enfants.

     

    A l’approche des élections municipales de 2014, il est plus qu’intéressant de se pencher sur la gestion de la ville de Metz, et de se poser deux questions : la ville de Metz est-elle bien gérée, et elle est gérée au service de qui ?

    Jean-Marie Rausch-Dominique Gros : Le premier a été maire de Metz de 1971 à 2008. Le second est maire de Metz de 2008 à nos jours. Il est bien difficile, vu de Paris en tout cas, de différencier les deux personnages. Pour ce qui concerne Jean-Marie Rausch, sur la note biographique de l’encyclopédie Wikipédia, il est difficile d’apercevoir son orientation politique. A peine est-il fait mention de l’investiture UMP au second tour des élections municipales de 2008, et d’une ville de Metz gérée depuis 1848 jusqu’en 2008 par la droite. Il est rappelé que Jean-Marie Rausch a occupé des fonctions ministérielles de 1988 à 1992, mais il n’est fait mention nulle part que c’était dans le cadre d’un gouvernement socialiste. Par contre l’appartenance de Dominique Gros au Parti socialiste dès 1971 est parfaitement affichée dans la notice biographique de celui-ci. Il est pourtant également fait mention, subrepticement, de son titre de maire-adjoint de Jean-Marie Rausch en 1989.

    Pour faire simple, disons que Jean-Marie Rausch, sur l’échiquier politique, est au « centre droit », et que Dominique Gros se situe plutôt au centre gauche. Vous savez, ces hommes politiques qui sont à la gauche de la droite ou à la droite de la gauche, mais toujours à proximité, jamais loin,  du pot de confiture ! Libéralisme social pour l’un et socialisme libéral pour l’autre : la différence a l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette. Chrétien social et chrétien de gauche : toujours chrétien ! En d’autres temps, on aurait dit, de ces deux là : « Bonnet blanc et Blanc-bonnet ! ». On s’y trompe tellement, que, cela ne s’invente pas, dans la notice biographique de Jean-Marie Rausch, pourtant mise à jour « le 6 juillet 2013 à 18 :45, il est indiqué page 1 : « Jean-Marie Gros » et Dominique Gros ». Page 2 de la même notice, il est fait mention par deux fois, concernant la vie professionnelle du même Jean-Marie Rausch, qu’il était directeur de 1953 à 1976 du « Moulin Gros » à Woippy, et administrateur en 1976 et 1977 des « Moulins Gros » à Woippy. A quoi tient l’Histoire. C’est pourquoi, à l’image du personnel communal, nous pourrions de ces deux personnages, n’en faire qu’un et appeler ces deux « jumeaux » : Dominique Grausch

    Toujours est-il qu’il faut s’interroger, si la ville de Metz, depuis plus de quarante années, a été gérée avec rigueur. Et surtout, même gérée avec rigueur, dans l’intérêt de quelles couches sociales a-t-elle été gérée ?

    Il s’agit d’en finir avec l’idée fausse d’une ville de Metz gérée jusqu’en 2008 par la « droite », puis à compter de 2008, par la « gauche ». Sur la notice biographique de Jean-Marie Rausch, iles t indiqué : « Depuis l’institution du suffrage universel en 1848, Metz avait toujours eu un maire de droite jusqu’à cette élection [celle de 2008], y compris pendant la période qui s’étendait de 1871 à 1918 quand, par le Traité de Francfort (10 mai 1871), une grande partie de la Moselle et de l’Alsace avaient été abandonnés à l’Empire allemand. » Et dans la notice biographique de Dominique Gros il est indiqué plus sobrement : « Le vendredi suivant, 21 mars [2008], le nouveau conseil municipal l’ [Gros] élit maire, le premier de gauche à Metz depuis l’instauration du suffrage universel en 1848. ». Quand on connaît un peu l’histoire réel – Rausch, ministre de Mitterrand, et Gros adjoint de Rausch – cette affirmation de premier maire de « gauche » depuis 1848 relève des contes pour enfants.

     

     

    « La fonction de la franc-maçonnerie en France. La Résistance et la franc-maçonnerie (1) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :