• Les Sentiers de la Sagesse (Partie 17)

     Loin de tuer, la Mort revivifie, en dissociant ce qui ne peut plus vivre. Le profane doit mourir pour renaître à la vie supérieure que confère l’initiation. S’il ne meurt pas à son état d’imperfection, il s’interdit tout progrès initiatique. Savoir mourir est donc le grand secret de l’initié, car, en mourant, il se dégage de ce qui est inférieur, pour s’élever en se sublimant. Le vrai sage s’efforce de mourir constamment afin de mieux vivre. La résurrection n’est pas seulement le triomphe de la Vie sur le mort, mais plus encore le triomphe de la Vie sur la vie.

     

    Les Sentiers de la Sagesse (Partie 17)

     

    CHEVALIER DE ROYER HACHE OU PRINCE DU LIBAN : LAMED

    22° Sentier : Nativ Samekh Sagesse Contemplative :

    Sekel Naaman – Conscience fidèle.

    5 – 6 : 22° Voie : le Pendu. L’Homme au Bandeau. LAMED. Lettre Simple : Balance, Tishri, Limite Ouest du haut, copulation. Vésicule biliaire. L’éducation par les épreuves de la vie. Le don de soi. UN AIGUILLON. Valeur numérique : 30.

    LE PENDU : C’est le renoncement à soi-même. C’est un retournement vers son intériorité. C’est une « entrée en soi » et une « sortie de soi ». Maître Eckart : « Qui veut venir à Dieu, doit venir tel un rien… ». Le sacrifice de ses pieds, c’est aussi la perte du passé, l’acceptation d’une coupure avec ses origines. Le sacrifice est librement consenti : le Pendu s’est librement et joyeusement pendu, sacrifiant son ego pour œuvrer dans l’universel. C’est l’inversion des valeurs par rapport au monde profane.

    L’HOMME AU BANDEAU : Le bandeau permet de mieux voir en soi-même, de regarder en soi-même et de rectifier. Co-naître, c’est naître à soi. En revêtant le bandeau comme une porte de lumière, tu fermes ton regard à la curiosité superficielle. Explore ton regard intérieur comme un monde nouveau. Reconstitue ce qui était dispersé à l’extérieur.

     Les Sentiers de la Sagesse (Partie 17)

    22 Duel.

     

    Opérer de deux un de l’intérieur comme

    De l’extérieur mâle et femelle une chose

    Sur la vraie personne originelle se pose

    Le masque du visage commun de l’homme

     

    Les oppositions stériles par le terme

    Troisième surmontées mettant fin aux causes

    De tous conflits la vision du réel fausse

    L’énergie unifiante établit la somme.

     

    Mâle et femelle entre les deux piliers

    Source de l'équilibre appris à l'initié

    Par la langue des oiseaux l'esprit est transmis

     

    Sous le signe de la lemniscate rythmée

    Atteindre le cœur du temple pour rayonner

    Au-dehors tous les trésors au-dedans acquis.

     

    CHEF DU TABERNACLE : MEM

    23° Sentier : Nativ Aïn Sagesse Secrète :

    Sekel Qayam – Conscience de soutien.

    5 – 8 : 23° Voie : la « Mort ». Le Pélican. MEM. Eau. Le changement incessant qui passe d’une forme à une autre. Le cycle vie-mort. L’épreuve d’un changement radical. La découverte d’un nouveau plan de conscience. L’EAU. Valeur numérique : 40. Lettre Mère : Terre, Froid, Ventre.

    LA « MORT » : Loin de tuer, la Mort revivifie, en dissociant ce qui ne peut plus vivre. Le profane doit mourir pour renaître à la vie supérieure que confère l’initiation. S’il ne meurt pas à son état d’imperfection, il s’interdit tout progrès initiatique. Savoir mourir est donc le grand secret de l’initié, car, en mourant, il se dégage de ce qui est inférieur, pour s’élever en se sublimant. Le vrai sage s’efforce de mourir constamment afin de mieux vivre. La résurrection n’est pas seulement le triomphe de la Vie sur le mort, mais plus encore le triomphe de la Vie sur la vie.

    LE PELICAN : Le Un nourrit le Trois : le pélican nourrit ses enfants de sa propre chair. C’est le symbole de la pierre rouge et de la charité. Offrit un sacrifice, c’est naître vraiment. Celui qui attendrait des bénéfices personnels sur la voie de son initiation, qui rechercherait une gloire passagère ou des honneurs quelconques, trahirait l’esprit de sacrifice. Le Pélican aime par l’amour de l’amour, sans nulle justification.

     Les Sentiers de la Sagesse (Partie 17)

    23 L’amour.

     

    Soleil crée la quintessence jour troisième

    Du Dieu sacrifié et chevalier rose-croix

    Centre et source de vie fils enfant de roi

    Consumant orgueil et faisant que l’on aime

     

    Porte qui ouvre à l’intérieur de l’homme

    Au monde où tout conçoit tant beauté et foi

    Etoile parfaite à six branches pour toi

    Illumination permanente de l’âme.

     

    Parce que tu as trop manqué d'amour dieu Rê

    Avec le soleil sur la tête quelle vanité

    Le temple absorbe du maître le petit moi

     

    Il faudra de nouveau renaître et mourir

    Car la plus grave faute consiste à se servir

    Des trésors découverts pour l’égoïste soi.

     

     

    « Les Sentiers de la Sagesse (Partie 16)Les Sentiers de la Sagesse (Partie 18) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :