• Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 39)

    Le macronisme peut constituer un accélérateur de l’histoire et la possibilité d’un saut qualitatif. C’est en somme la fin des cumulards, et aussi des votards. Le peuple doit compter sur ses propres forces et agir dans la vie réelle. La classe ouvrière doit prendre la direction du mouvement !

     

    Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 39)

     

    Le macronisme peut constituer un accélérateur de l’histoire et la possibilité d’un saut qualitatif. C’est en somme la fin des cumulards, et aussi des votards. Le peuple doit compter sur ses propres forces et agir dans la vie réelle. La classe ouvrière doit prendre la direction du mouvement !

     

    L’erreur que commettraient Emmanuel Macron et les nouveaux hommes politiques qui détiennent les principaux organes du gouvernement et du pouvoir, serait de croire que la demande unanime de transparence et de moralité, une fois les élections passées, serait superflue, et qu’il est possible, entre deux échéances électorales, de repasser aux anciennes habitudes de « secret » et d’affairisme, immoraux et même parfois illégaux : gageons alors, avec le retour des anciennes habitudes, la nouvelle élite serait prestement balayée !

     

    A peine élus, comme on pouvait le prévoir, ce sont les anciennes pratiques qui reprennent le dessus : chasse aux postes, coups fourrés, modifications des principes sur la base desquels on a été élu, etc. (lutte pour les postes de questeurs à l’assemblée nationale, création de groupes politiques divers, en fonction des prévisions de carrière, etc).

    D’un autre côté, Emmanuel Macron veut retrouver le lustre d’un véritable président de la cinquième république, c’est-à-dire un monarque absolu républicain.

    Si le macronisme, pour parvenir au pouvoir, a su se mettre dans le sens du vent de la bourgeoisie, à savoir plus d’éthique et de transparence, espérons qu’après avoir ouvert depuis une année la boîte de Pandore (critique des pratiques passées des hommes politiques), le peuple empêche que cette boîte de Pandore ne soit purement et simplement refermée aujourd’hui, jusqu’à la prochaine période électorale. Pour ce faire, on peut compter sur Internet, mais aussi peut-être sur les nouveaux élus En Marche, actuellement spectateurs du retour du vieux monde d’avant 2017.

     

     

    « Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 38)Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 40) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :