• Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 31)

    Les périodes électorales ne sont que des moments très relatifs d’ « équilibre » entre les deux aspects de la contradiction principale qui traverse la société bourgeoisie, à savoir la classe bourgeoise et la classe ouvrière. Ce qui ne signifie pas qu’à ces moments aussi s’exerce, des deux côtés la violence ! Mais le caractère absolu de cette contradiction s’exerce dans la lutte, ouverte et clandestine du début à la fin, à savoir la lutte pour la survie économique des ouvriers dans les entreprises, et la lutte pour le pouvoir politique (maintien au pouvoir de la bourgeoisie ou destruction de l’Etat bourgeois et instauration d’un Etat socialiste).

     

    Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 31)

     

    Les médias : un de leur mensonge est de faire croire que les abstentionnistes ne s’intéressent pas à la vie politique et économique ! C’est le contraire qui est vrai : les abstentionnistes s’intéressent justement à la vie politique et économique, et ceci même en dehors des périodes électorales, périodes au cours desquelles les idéologues de la classe dominante aimeraient cantonner le peuple et la classe ouvrière !

    La rue ou le bulletin de vote ? Aujourd’hui, en France, ce dilemme signifie : choisir entre mener la lutte des classes ou se ranger dans le flot moutonnier des votards.

    La Représentation nationale ? Oui, mais à 15 %. Une assemblée nationale, reflet (à l’image) de la nation ? Ni les ouvriers, ni les jeunes ne sont représentés dans cette assemblée. S’il y a parité hommes/femmes, les femmes du peuple, dont les ouvrières sont absentes. Les quartiers populaires sont sous-représentés !

    Mépris des médias :

    -Trop de démocratie tue la démocratie. L’abstention expliquée par la fatigue des électeurs : trop de « politique » pendant trop longtemps.

    Au revoir, à dans trois années, aux élections municipales !

    La représentation des ouvriers et du peuple : dans la rue : dans les luttes de la vraie vie.

    Dégagisme au niveau des représentants syndicaux. Les promenades autour de la ville.

     

    La bande des Quatre :

    • La bourgeoisie de « gauche », moderniste (FI, P « C »F, EELV, PRG, …)
    • La bourgeoisie de droite, conservatrice (LR, UDI, …)
    • La bourgeoisie « centriste », à l’avant-garde (LREM, Modem,…)
    • La bourgeoisie fasciste (Front National, Identitaires, …).

     

    S’il y avait des élections proportionnelles ?

    En fonction du résultat du premier tour des élections législatives, l’application d’un système électoral à la proportionnel conduirait au résultat suivant :

    • Majorité présidentielle : 186
      • LRM : 162
      • Modem : 24
    • Droite et centre : 124
      • LR : 91
      • UDI : 17
      • Divers droite : 16
    • Extrême droite : 85
      • FN : 76
      • Debout la France : 7
      • Autres : 2
    • Gauche radicale : 84
      • FI : 65
      • PCF : 16
      • Extrême gauche : 5
    • Gauche modérée : 80
      • PS : 43
      • Ecologistes : 25
      • Divers gauche : 9
      • Parti radical de gauche : 3
    • Divers : 13
    • Régionalistes : 5

    (Source : Ministère de l’Intérieur).

     

    Les périodes électorales ne sont que des moments très relatifs d’ « équilibre » entre les deux aspects de la contradiction principale qui traverse la société bourgeoisie, à savoir la classe bourgeoise et la classe ouvrière. Ce qui ne signifie pas qu’à ces moments aussi s’exerce, des deux côtés la violence ! Mais le caractère absolu de cette contradiction s’exerce dans la lutte, ouverte et clandestine du début à la fin, à savoir la lutte pour la survie économique des ouvriers dans les entreprises, et la lutte pour le pouvoir politique (maintien au pouvoir de la bourgeoisie ou destruction de l’Etat bourgeois et instauration d’un Etat socialiste).

     

    Résultat 1° tour des élections législatives

    (Source : Ministère de l’Intérieur)

     


    Nombre
     

    % des inscrits 

    % des votants 

    Inscrits 

    47 570 988

     

     

    Abstention 

    24 403 480

    51,30

     

    Votants 

    23 167 508

    48,70

     

    Blancs 

    357 018

    0,75

    1,54

    Nuls 

    156 326

    0,33

    0,67

    Exprimés 

    22 654 164

    47,62

    97,78

    L

     

    Ne se sont pas exprimés : 24 916 824, soit 52,4 % des électeurs inscrits.

    Députés élus au premier tour : 4, dont 2 LREM, 1 PRG et 1 UDI.

     

    La démocratie en action ? LREM : 60,7 % des députés, mais seulement 16,5 % des voix des électeurs inscrits !

     

    Les éléments du second tour des élections législatives du 18 juin 2017 sont les suivants :

    • Inscrits : 47 292 967
    • Abstentions : 27 125 535
    • Votants : 20 167 432
    • Blancs : 1 397 496
    • Nuls : 593 159
    • Exprimés : 18 176 777

     

    « Un homme une voix » ?

    Au premier tour, La République En Marche a obtenu 6 391 269 voix, et au final, 308 + 2 députés, soit 310 députés. Chaque député représente donc 20 617 voix.

    Au premier tour, Les Républicains ont obtenu 3 573 427 et ont obtenu au final 113 députés. Chaque député représente donc 31 623 voix.

    Au premier tour, le Front National a obtenu 2 990 454 voix et a obtenu au final 8 députés. Chaque député représente donc 373 807 voix.

    Au premier tour, la France Insoumise a obtenu 2 497 622 voix et a obtenu au final 17 députés. Chaque député représente donc 146 918 voix.

    Au premier tour, le Parti Socialiste a obtenu 1 685 677 voix et a obtenu au final 29 députés. Chaque député représente donc 58 127 voix.

     

    En conséquence, une voix de La République en marche pèse autant que 18 voix du Front National. Est-ce cela la démocratie ? Bien sûr, on peut se réjouir que le système inique conduit à une sous représentation de la fraction fasciste. Mais rien n’empêche que le même système injuste profite demain aux fascistes : faudra-t-il alors ^parler d’une accession par la voie démocratique des fascistes au pouvoir ? Un tel système de représentation serait jugé inacceptable par la bourgeoisie dans n’importe quelle société de gestion des biens immobiliers ;

    Mais de plus, l’Assemblée nationale ne représente en rien la nation, en raison de nombreux facteurs :

    • Pas de représentation réelle de tous les Français (abstentionnistes, votes blancs et nuls) ; mais aussi absence des travailleurs étrangers.
    • Pas de représentation des ouvriers, des femmes prolétaires, des chômeurs, des jeunes des cités, etc.
    • De plus, les députés ont été élus sur un programme « caché », antipopulaire (augmentation des impôts, casse du Code du Travail, etc.).
    • De nombreux députés, notamment du parti socialiste et des Républicains (droite), se sont fait élire sur un programme d’opposition, mais ne vont pas tarder à rejoindre la majorité présidentielle.

     

     

    « Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 30)Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 32) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :