• Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 11)

    Est-ce que les élections font l’histoire ? Sans aucun doute, dans un système bourgeois comme la France, les élections auront toujours un contenu bourgeois. Ce serait du pessimisme et du défaitisme que de croire que les élections vont changer le système. Car il faut avoir confiance dans les masses : la classe ouvrière sera obligée de prendre ses responsabilités, quelle que soit la situation objective (guerre, crise ou autre). Barbarie fasciste ou socialisme.

     

    Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 11)

    L’histoire de toute société de classes est l’histoire des luttes de classes. Le peuple, et lui seul, est le « héros » de cette histoire. Et dans une société de capitalisme finissant, seule la classe ouvrière, classe montant peut apporter des solutions définitives, tant au niveau économique que social. Est-ce que le fascisme n’a jamais fait l’histoire ? Sans doute, il peut demeurer fort et dominant quelques années, années qui ont duré douze ans en Allemagne hitlérienne, vingt-et-une années pour l’Italie fasciste, cinq années pou la France fasciste, … . Mais le fascisme finit par être vaincu. Il en sera de même du régime fasciste de Russie, depuis 1953, et de Chine depuis 1976. Est-ce que les élections font l’histoire ? Sans aucun doute, dans un système bourgeois comme la France, les élections auront toujours un contenu bourgeois. Ce serait du pessimisme et du défaitisme que de croire que les élections vont changer le système. Car il faut avoir confiance dans les masses : la classe ouvrière sera obligée de prendre ses responsabilités, quelle que soit la situation objective (guerre, crise ou autre). Barbarie fasciste ou socialisme.

    Oui, c’est vrai, objectivement, Emmanuel Macron représente bien la classe bourgeoise aisée, qui a bien réussie, et qui profite du système. Marine Le Pen représente également cette classe, mais elle utilise avec démagogie la pauvreté croissante des plus pauvres pour faire accéder le fascisme au pouvoir.

    L’intérêt objectif de l’immense majorité du peuple, c’est le socialisme, à savoir une meilleure répartition des richesses et une nouvelle organisation sociale, la fin du système actuel. Pour parvenir à ce but, on ne peut compter sur des élections : seule une rupture radical et violente avec le système actuel, pour construire un nouveau système socialiste permettra d’accéder à cet objectif. Et ce mouvement radical de rupture ne peut être entrepris que par le peuple lui-même.

    Dans le débat qui oppose Marine Le Pen et Emmanuel Macron, la première est à la traîne : elle n’est visiblement pas prête à prendre le pouvoir, changeant constamment d’avis. Les deux candidats contribuent à ramener le poste de président de la république à quelque chose d’obsolète et de fantomatique : ce poste est vidé de tout contenu, et ce qui va décider du partage du pouvoir entre les diverses fractions de la bourgeoisie, ce sera le résultat des élections législatives des 11 et 18 juin 2017.

     

    Les élus :

    Le territoire national français est « encadré par 500 000 « élus », qui comportent notamment le président de la république, les parlementaires, les élus européens, les présidents des conseils régionaux et départementaux, les maires, les présidents des diverses structures intercommunales. Ces élus n’ont pas tous la même importance, loin de là : il s’agit d’une structure pyramidale. Mais tous représentent bien les intérêts de la classe bourgeoise. Les représentants de la bourgeoisie sont effectivement «élus » par le peuple, mais représentent la bourgeoisie et travaillent dans l’intérêt de celle-ci. La seule façon de véritablement les dégager, c’est de faire la révolution prolétarienne.

    Bien évidemment, si la classe ouvrière avait la possibilité d’avoir des représentants à ces divers niveaux, ceux-ci seraient des représentants prolétariens, opposés au système actuel et luttant pour la préparation et la mise en œuvre d’un nouveau système socialiste, un Etat socialiste.

     

    Les élus font en général preuve de duplicité et de fausse modestie, lors des périodes électorales, puis ils montrent beaucoup d’arrogance pour appliquer un programme, entre deux périodes électorales, programme conforme à la bourgeoisie, et pour lequel ils n’ont pas été élus. 

    « Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 10)Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 12) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :