• Les 32 voies de la Sagesse. Introduction à la Kabbale. (Partie 7)

    Dans un sens, il y a le mot « bal », ou « abondance » ; dans l’autre sens il y a le mot « leb » ou « cœur » : c’est la voie du cœur. On trouve « bal » dans le mot « Qabalah » (Qof, Beth, Lamed, Hé) : La lettre Hé représente la fenêtre, l’ouverture vers la lumière, vers la Réintégration, et la lettre Qof est associée à la Connaissance. Le mot Qabalah indique que le cœur représente la fenêtre spirituelle donnant accès à la Connaissance, qui se dit Daath en hébreu. Or, dans l’arbre séphirotique, Daath correspond à la séfira occulte, cachée, qui est la porte qui donne sur la sefira Kéther, la Couronne, qui mène directement à l’Infini.

     

    Les 32 voies de la Sagesse.

    Introduction à la Kabbale. (Partie 7)

     

    32 sentiers mènent à la Sagesse. 32 est un nombre important dans la structure des cinq livres de la Torah. La première lettre de la torah est le Beth, du mot « Beréshit » (« au commencement »). Le dernier mot de la Torah est un Lamed, du mot « Israël », à la fin du Deutéronome. Beth et Lamed ont une valeur de 32. La Torah entière est incluse dans le nombre 32.

    Les 32 Sentiers de la Sagesse fonctionnent de deux manières : dans le sens Beth-Lamed, ils émanent pour supporter l’accomplissement de la Création ; dans le sens Lamed-Beth, ils offrent une voie de réintégration, afin de permettre de franchir le fleuve qui sépare le monde de l’En-Bas du monde de l’En-Haut, séparation provoquée par Elohim au deuxième jour. Ils sont les 32 briques nécessaires à la reconstruction de l’édifice sacré, l’Adam-Kadmon. Les 32 Sentiers sont des ouvertures permettant d’accéder à l’Arbre de Vie. Les 32 Sentiers correspondent également aux 32 vertus que l’homme doit éveiller pour parvenir à la Sagesse.

    Dans un sens, il y a le mot « bal », ou « abondance » ; dans l’autre sens il y a le mot « leb » ou « cœur » : c’est la voie du cœur. On trouve « bal » dans le mot « Qabalah » (Qof, Beth, Lamed, Hé) : La lettre Hé représente la fenêtre, l’ouverture vers la lumière, vers la Réintégration, et la lettre Qof est associée à la Connaissance. Le mot Qabalah indique que le cœur représente la fenêtre spirituelle donnant accès à la Connaissance, qui se dit Daath en hébreu. Or, dans l’arbre séphirotique, Daath correspond à la séfira occulte, cachée, qui est la porte qui donne sur la sefira Kéther, la Couronne, qui mène directement à l’Infini.

    Origine égyptienne de l’Arbre de Vie ? L’Arbre Egyptien

    Râ - Chou – Tefnou – Geb – Nout – Osiris – Isis – Horus – Seth – Nephtys.

    Dans un papyrus égyptien intitulé « Nesi Amsou », le dieu Râ parle en ces termes : « J’étais Seul, car rien n’avait été engendré. Je n’avais alors émis de Moi-même ni Chou ni Tefnou. J’évoluais et J’émis de Moi-même les dieux Chou et Tefnou, et après avoir été Un, je devins Trois, car ils jaillirent de Moi et vinrent à l’existence dans le monde. Puis Chou et Tefnou engendrèrent Geb et Nout, et Nout engendra Osiris, Isis, Horus Seth et Nephtys une seule fois ».

    L’Arbre de Mort : Transformer le plomb en or, les vices en vertus

    L’Arbre de Mort.

    Les Cornes – La Folie – La Haine – La Vanité – La Lâcheté – L’Egocentrisme – L’Idolâtrie – L’Avarice – La Colère – L’Infidélité.

    B) Eléments de Kabbale :

    L’alphabet hébreu : L’alphabet hébreu se compose de 22 lettres pouvant être classées en trois catégories : il y a trois lettes mères, sept lettres doubles et douze lettres simples. Chaque lettre a une valeur numérique précise. Le caractère ésotérique des lettres hébreu comprend, outre leur valeur numérique, leur forme scripturale et leur prononciation.

    Les trois lettre mères : Shin, Aleph et Mem. Elles correspondent aux barres horizontales de l’arbre séfirotique : elles correspondent à la tête, à la poitrine et à l’abdomen de l’Adam Kadmon. Egalement au soufre, au mercure et au sel.

    Les sept lettres doubles signifient les antagonismes auxquelles la vie de l’homme est exposée : la sagesse – la folie, la richesse – la pauvreté, la fécondité – la stérilité,  la vie – la mort, la domination -- la dépendance, la paix -- la guerre, la beauté -- la laideur. Chaque lettre a une double prononciation, l’une douce, l’autre dure. Elles correspondent aux barres verticales de l’arbre séfirotique, c’est-à-dire aux trois colonnes.

    Les douze lettres simples correspondent aux barres obliques de l’arbre séfirotique.

    Chaque lettre correspond à la fois à un élément du temps, de l’espace et de « l’âme, mâle et femelle ».

    Trois, Sept, Douze. Dix.

     

     

    « Les 32 voies de la Sagesse. Introduction à la Kabbale. (Partie 6) Les 32 voies de la Sagesse. Introduction à la Kabbale. (Partie 8 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :