• Le secret maçonnique (Partie 55)

    Le développement d’un absentéisme de plus en plus massif des masses populaires, et en particulier de la classe ouvrière, est une forme de sagesse, qui vise à délégitimer l’ancien système et qui prépare l’étape suivante : la destruction de l’ancien Etat et l’instauration d’un nouvel Etat, socialiste, comportant la socialisation des moyens de production. Le système actuel est la négation des éléments basiques d’une véritable démocratie, dont les caractéristiques seraient : représenter, en tant qu’élu, au moins 50 % des électeurs inscrits, « un homme, une voix », pouvoir « démissionner » un élu, s’il trahit ses engagements,…

    Le secret maçonnique (Partie 55)

     

    Au moins deux facteurs concourent à ajouter un peu de « démocratie participative », et à lutter pour une véritable démocratie :

    ·                    La lutte contre le fascisme : développer la démocratie bourgeoise est un frein aux velléités des fascistes d’instaurer un régime barbare. Tout ceux qui refusent les luttes de races et le nationalisme outrancier sont des alliés potentiels pour moderniser la démocratie bourgeoise. Mais seul le socialisme pourra mettre en œuvre la démocratie réelle pour le plus grand nombre, la démocratie populaire.

    ·                    La lutte pour le développement durable : les véritables écologistes sont également des alliés potentiels pour mettre en œuvre une véritable démocratie et moderniser le système existant. La lutte contre les dangers écocidaires pour la planète et les êtres vivants est un allié pour démocratiser les mœurs politiques. Seule l’entrée en lice du peuple pourra constituer une force pour lutter contre l’écocide ! Un des points clés est donc de se battre pour une démocratie réelle.

    Une étude socioprofessionnelle des députés conduit à considérer que la classe bourgeoise est quasiment seule représentée, et encore elle est mal représentée : par exemple, minoration des femmes et des jeunes. Mais il n’y a aucun représentant des classes populaires (ouvriers, paysans travailleurs, chômeurs,…).

    En présentant un tel système pourri et délabré comme « républicain », et véritablement « démocratique », voilà plusieurs dizaines d’années que la bourgeoisie a conduit les masses populaires à se réfugier dans l’abstention et dans un vote d’extrême droite. C’est là une façon, pour le peuple, de desserrer l’étau d’un système injuste.

    Le développement d’un absentéisme de plus en plus massif des masses populaires, et en particulier de la classe ouvrière, est une forme de sagesse, qui vise à délégitimer l’ancien système et qui prépare l’étape suivante : la destruction de l’ancien Etat et l’instauration d’un nouvel Etat, socialiste, comportant la socialisation des moyens de production. Le système actuel est la négation des éléments basiques d’une véritable démocratie, dont les caractéristiques seraient : représenter, en tant qu’élu, au moins 50 % des électeurs inscrits, « un homme, une voix », pouvoir « démissionner » un élu, s’il trahit ses engagements,…

    Sans doute, il est nécessaire de dénoncer le fascisme, mais sans oublier les faits suivants. Le fascisme sert toujours les intérêts de la bourgeoisie la plus agressive, dont les monopoles, comme l’a montré le sociologue Zeev Sternhell, du point de vue idéologique, en paroles, le fascisme n’est ni de gauche, ni de droite. Le fascisme recrute à gauche et à droite, parmi la petite bourgeoisie et aussi parmi les ouvriers et le lumpenprolétariat. Comme l’a clamé Jean Marie Le Pen en 2002, « Socialement je suis de gauche, économiquement de droite et, nationalement, je suis de France. ». Par exemple, le maire Front national de Hayange est un ancien militant actif de gauche (Lutte Ouvrière, CGT). Dans les années 1930, ou 1940, de brillants militants du Parti Communiste Français et du Parti Socialiste, ou des syndicalistes, sont passés dans le camp des fascistes et des pétainistes, étant parfois membres des Waffen SS (Jacques Doriot, Marcel Déat, etc.). Par ailleurs, aujourd’hui, la laïcité, normalement cadre où peuvent coexister toutes les croyances, est dévoyée, et elle est conçue par certains comme une lutte contre les Français et immigrés d’origine arabe. Ce qui est attendu d’une lutte antifasciste cohérente et lucide, c’est la dénonciation de tous les courants fascistes, de droite, de « gauche » et de l’ultra-gauche, car les racines du fascisme sont diverses : général Boulanger, Edouard Drumont, cercle Proudhon, Charles Maurras, maréchal Pétain,… A un moment, idéologiquement, se rejoignent le « socialisme » national et le nationalisme « social », frères jumeaux quant au racisme, à l’antisémitisme et à l’islamophobie.

     

     

    « Le secret maçonnique (Partie 54)Le secret maçonnique (Partie 56) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :