• Le Grand Orient de France ne supporte pas la lumière, parce qu’il est lui-même pleins d’ombre. (Partie 6)

    La spécialité dans ce domaine comme en d’autres, c’est de faire prendre des motions, souvent adoptées à l’unanimité, dont le texte est affiché sur le panneau des informations du temple maçonnique, et puis c’est tout.

     

    Le Grand Orient de France ne supporte pas la lumière, parce qu’il est lui-même pleins d’ombre. (Partie 6)

     

    Ainsi, il est cultivé la période de la troisième république, lorsque la franc-maçonnerie jouait un rôle plus actif dans les institutions politiques. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Il y a une très grande indigence dans les débats au sein des loges. Les planches sont soit d’une très grande pauvreté quant au contenu et parfois elles sont mêmes absentes des loges.

    Lumière ? Quelle lumière ? « Ami du pauvre et du riche » ou « Aimer le pauvre et le riche » : est-ce possible ? Est-ce bien raisonnable ? Qui a intérêt à de telles âneries et billevesées ? Cela s’oppose à la cruelle réalité : aimer madame Betancourt et son domestique ? L’exploiteur et l’exploité ? Tous deux dans la même loge ? Oui cela sera possible, mais après une révolution sociale, pour le moins, qui instaure l’égalité entre les deux. Mais les membres de l’Obédience souhaitent-ils un tel changement radical qui remettrait en cause leurs privilèges ?

    En raison de l’origine sociale des maçons, ce qui est exclu, c’est le socialisme réel et le communisme. La base de l’idéologie du Grand Orient de France est un amalgame entre les deux « fascismes », de gauche et de droite, le communisme et le fascisme.

    Il se passe avec l’Obédience la même chose qu’au niveau des grandes organisations de l’Etat bourgeois : Conseil d’Etat, Cour de Cassation, etc. Depuis la seconde guerre mondiale, alternance entre la bourgeoisie de gauche et la bourgeoisie de droite. Celle qui triomphe prend les rênes du pouvoir étatique. Celle qui est momentanément battue pantoufle dans les institutions et les fromages de la république, y compris dans les Obédiences maçonniques. Ces dernières constituent pour ces messieurs une carte de visite, tout comme le club du Siècle.

    En fin de compte la franc-maçonnerie devient dans ce cadre un obstacle à la réalisation effective de la fraternité universelle. Cela explique sa disparition quand l’idéal maçonnique sort des temples pour entrer dans la vie sociale réelle, portée par le peuple en entier.

    Dans les grands médias, le symbole de la franc-maçonnerie : Alain Bauer.

    Alain Bauer a été grand maître du Grand Orient de France de 2000 à 2003. Il est un professeur de criminologie appliquée au Conservatoire national des arts et métiers et consultant en sécurité français. Auteur d'une trentaine d'ouvrages sur la franc-maçonnerie et d'une quarantaine sur la criminalité, il était consulté par le président de la République française Nicolas Sarkozy et Manuel Valls sur les questions de sécurité et de terrorisme, après avoir été dans la même situation auprès du ministre de l'Intérieur (et de ses prédécesseurs depuis Jean-Pierre Chevènement). Certains sociologues et juristes ont critiqué ses travaux sur le sujet, contestant leur validité scientifique. « Grand maître un jour, grand maître toujours », tel est le symbole du franc-maçon en France aujourd’hui.  : Alain Bauer. Radical Socialiste. Valls, puis Sarkozy. Hier Mitterrand. Demain qui ? Jamais le peuple, les pauvres,… Alors que la franc-maçonnerie devrait servir le plus humble, le plus petit, le plus modeste.

     

    A)   La laïcité, oui mais quelle laïcité ?

     

    Décidément, les institutions n’ont rien à craindre de la part des réactions du Grand Orient de France quant à la laïcité. Il n’est qu’à considérer le peu d’empressement qu’a mis l’Obédience pour dénoncer l’absence des principes de la laïcité sur certains territoires de la république, dont l’Alsace Moselle. Dans ce dernier cas là, on constate une véritable collusion entre les élus politiques de toutes tendances, les représentants des diverses religions et les francs-maçons. En fin de compte, la notion de blasphème tombe en désuétude et cela ne doit absolument rien à une lutte cohérente qu’auraient mené les francs-maçons, en particulier de Moselle.

    La spécialité dans ce domaine comme en d’autres, c’est de faire prendre des motions, souvent adoptées à l’unanimité, dont le texte est affiché sur le panneau des informations du temple maçonnique, et puis c’est tout.

    Les élus francs-maçons du conseil municipal de Metz, à l’approche des élections municipales de 2014, lorsque est adoptée une délibération favorable à la construction d’une mosquée, ceci afin de capter l’électorat musulman, se contenteront de ne pas être présents.

    Motions et pétitions sans consistance et sans véritable conséquence. Acceptation de ce qui est. L’ « air du temps ». Vœux pieux. C’est le domaine de la bien-pensance (bonne volonté, bonne conscience).

     

     

    « Le Grand Orient de France ne supporte pas la lumière, parce qu’il est lui-même pleins d’ombre. (Partie 5)Le Grand Orient de France ne supporte pas la lumière, parce qu’il est lui-même pleins d’ombre. (Partie 7) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :