• « Karma-Bhakti-Jnâna-Râja » (Partie 10) (Action, Travail, Amour, Prière, Dévotion, Connaissance)

     Non et non ! Et les gens riront de moi. J'ai trimé comme un fou toute ma vie et c'est les Quader qui en profiteront. Regarde le mal que tu causes à tes parents. Je te répudierai. Je te renierai. Je ne veux plus te voir. C'est un fêtard et un soûlaud comme son père et il va me casser la baraque : une pomme ne tombe jamais loin du pommier ! Et toi ? Au début tout te paraît doux et resplendissant et tu ne verras l'amer que lorsqu'il sera trop tard pour te repentir. Tant que le balai est neuf il nettoie facilement et te dissimule les défauts, les vices, la pauvreté et la ruine. Mais après, quand le balai sera usagé, crotté et puant, qu'adviendra-t-il de toi et de tes enfants ? Comment peux-tu coltiner une chiffe pareille toute ta vie ? C'est une tartine où d'autres ont léché la confiture. Ah ! Quand le balai est neuf il enlève bien la poussière..

     

     

     

    « Karma-Bhakti-Jnâna-Râja » (Partie 10) (Action, Travail, Amour, Prière, Dévotion, Connaissance)

     

     « Cela ne va pas ? Je préfère t'enfermer au couvent ! Rends-toi compte avec qui tu veux te marier : un fils Quader ! On aura tout vu ! Ce péteux ne franchira pas le seuil de ma maison. Ce fainéant est un incapable. Ce n'est même pas un agriculteur : il est pauvre comme Job et n'a que les yeux pour pleurer. S'éprendre d'une personne qui n'est pas de son propre milieu : il n'en découle rien de bon ! C'est un raté et il te conduira aussi à la ruine. Quel attrait a-t-il donc ? Il t'a envoûtée ! Tu es maudite ! Reviens à toi et sois un peu responsable de ce que tu entreprends au lieu de te laisser trousser et embobiner par le premier venu. Je te tuerai plutôt de mes mains. C'est la faute de ta mère : elle n'a jamais su élever ses enfants. Ah ! Elle aurait mieux fait de te surveiller. Mais qu'est-ce que j'ai fait au ciel pour avoir une fille pareille ! De quoi suis-je donc puni ? Je n'ai quand même pas commis un crime ! Ne t'ai-je pas ressassé mille fois qu'il ne faut pas se mettre derrière un cheval et devant un homme ? Vous formerez tous les deux un bien pauvre ménage. Non et non ! Et les gens riront de moi. J'ai trimé comme un fou toute ma vie et c'est les Quader qui en profiteront. Regarde le mal que tu causes à tes parents. Je te répudierai. Je te renierai. Je ne veux plus te voir. C'est un fêtard et un soûlaud comme son père et il va me casser la baraque : une pomme ne tombe jamais loin du pommier ! Et toi ? Au début tout te paraît doux et resplendissant et tu ne verras l'amer que lorsqu'il sera trop tard pour te repentir. Tant que le balai est neuf il nettoie facilement et te dissimule les défauts, les vices, la pauvreté et la ruine. Mais après, quand le balai sera usagé, crotté et puant, qu'adviendra-t-il de toi et de tes enfants ? Comment peux-tu coltiner une chiffe pareille toute ta vie ? C'est une tartine où d'autres ont léché la confiture. Ah ! Quand le balai est neuf il enlève bien la poussière..

     

     

    « « Karma-Bhakti-Jnâna-Râja » (Partie 9) (Action, Travail, Amour, Prière, Dévotion, Connaissance)« Karma-Bhakti-Jnâna-Râja » (Partie 11) (Action, Travail, Amour, Prière, Dévotion, Connaissance) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :