• « Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 8)

    10 Vous voyez le monde autour de vous parce que vous vous identifiez au corps et dites alors que l’état de veille est rempli de choses superbes et intéressantes. L’état de sommeil apparaît terne parce que vous n’y êtes pas présent en tant qu’individu, et que dans ce cas ces choses n’étaient pas. Mais quelle est la réalité ? Il y a continuité de l’être dans l’ensemble des trois états, mais pas de continuité de l’individu et des objets.

     

     

    « Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 8)

     

    10 Vous voyez le monde autour de vous parce que vous vous identifiez au corps et dites alors que l’état de veille est rempli de choses superbes et intéressantes. L’état de sommeil apparaît terne parce que vous n’y êtes pas présent en tant qu’individu, et que dans ce cas ces choses n’étaient pas. Mais quelle est la réalité ? Il y a continuité de l’être dans l’ensemble des trois états, mais pas de continuité de l’individu et des objets.

    11 C’est notre façon erronée de voir qu’il faut abandonner. La véritable connaissance ne crée pas un nouvel être pour vous, elle vous débarrasse simplement de votre non-connaissance ignorante. La meilleure aide pour les autres est la réalisation du Soi.

    12 L’esprit veut-il se tuer lui-même ? Il ne peut pas se tuer lui-même. C’est pourquoi, votre tâche est de comprendre la nature réelle de l’esprit. Vous comprendrez alors qu’il n’y a pas d’esprit. Dès qu’on aperçoit le Soi, il n’y a plus de place pour l’esprit. On n’a plus besoin de s’inquiéter de l’esprit quand on demeure dans le Soi. Le Soi est simplement dévoilé.

    13 Qui êtes-vous donc ? Vous n’êtes pas votre corps, vous êtes pure conscience. Le monde n’est que des phénomènes glissant à la surface de cette pure conscience. Celle-ci n’en est pas affectée. Qu’est ce qui vous empêche alors d’être votre propre Soi ?

    14 L’attachement est l’esclavage de l’homme. Il disparaît lors de l’élimination de l’ego.

    15 Le véritable désir de renaissance est le désir de renaître pour en finir avec les réincarnations successives. L’esprit est actuellement moribond. Il faut le réveiller pour que sa vraie renaissance s’effectue après la mort apparente. L’oubli de votre nature véritable est votre mort actuelle. Le réveil de l’Esprit éternellement vivant est votre renaissance. Ce réveil une fois accompli apportera un terme à toutes vos naissances ultérieures. Votre vie véritable est la vie éternelle. L’homme qui désire les biens de ce monde est semblable au rêveur qui cherche à satisfaire en rêve ses besoins oniriques.

    16 Il y a une exception : il y a une chose qui vient dans l’homme de l’extérieur. Cette chose, c’est l’ego qui est formé par l’attachement aux objets extérieurs. Lorsque le désir pour le monde est coupé, l’ego disparaît. Si les impressions qui viennent de l’extérieur sont prises comme une réalité, elles sont nocives.

    17 Le corps n’a pas la réalité que nous lui donnons. Un exemple : un homme vénère sa mère pendant des années. Lorsque sa mère meurt, le fils est éploré. Pourtant, le corps qu’il vénérait est là. L’homme s’écrit que sa mère n’est plus là, qu’elle l’a quitté. Nous devons en conclure que, même si pendant des années, l’homme a considéré sa mère et son corps comme une seule et même chose, cependant, lorsque sa mère meurt, il sait instantanément que « mère » n’était pas ce corps et qu’elle est partie, même si son corps reste. Ainsi, quelle est la valeur de ce corps qui n’a jamais été sa mère, même si pendant un certain temps, il l’a identifié à elle ? La réalité, informelle et éternelle, de sa « mère » ne pouvait être connue qu’à travers une forme éphémère.

    18 C’est une erreur de penser qu’il faut chercher. Chacun connaît déjà la vérité. Ce qu’il faut, c’est mettre en pratique cette vérité, la manifester.

    19 Tant qu’un homme s’identifie avec son corps, la pensée matérialisée sous forme physique lui apparaît comme réelle.

    20 Le mental n’est que l’identification du Soi avec le corps. C’est la création d’un faux ego, qui, à son tour, crée des phénomènes et semble se mouvoir en eux. Tout cela est faux. Le Soi est la seule Réalité. Si cette fausse identification disparaît, la permanence de la Réalité se révèle. Cela ne veut pas dire que la Réalité n’est pas ici et maintenant. Elle est toujours là et ETERNELLEMENT la même. Elle est aussi dans l’expérience de chacun de nous. Chacun sait qu’il est. « Qui est-il ? » Et subjectivement : « Qui suis-je ? » Le faux ego est associé aux objets ; il est même son propre objet. L’objectivation est l’erreur. Seul le sujet est la Réalité. Ne vous confondez pas avec l’objet, c’est-à-dire avec le corps. Cela donne naissance au faux ego, puis au monde et à vos activités dans ce monde, d’où résulte la souffrance. Ne pensez pas que vous êtes ceci, cela, ou quelque chose ; non plus que vous êtes comme ceci ou comme cela, ou un tel ou une telle. Débarrassez-vous seulement de cette erreur. La Réalité se révélera d’elle-même. Les Ecritures disent que le Soi est nitya-siddha, toujours présent, et cependant elles parlent de la dissipation d’ajnâna. Si le Soi est toujours (nitya) et présent (siddha), comment peut-il y avoir l’ajnâna ? Pour qui est l’ajnâna ? Ces affirmations sont contradictoires, mais elles servent à guider le chercheur sérieux sur la bonne voie.

    21 Le Soi est seulement être, et non pas être ceci ou cela. C’est simplement être. Soyez… et c’est la fin de l’ignorance. Cherchez à qui est l’ignorance. L’ego surgit lorsque vous sortez su sommeil. Réalisez votre pur Etre. Ne vous confondez pas avec le corps. Le corps est le résultat des pensées. Les pensées continueront à se dérouler, mais vous n’en serez pas affecté. Vous n’étiez pas concerné par le corps quand vous dormiez ; vous pouvez toujours demeurer ainsi.

    22 Les actions en elles-mêmes n’entraînent aucune servitude. La servitude résulte seulement de la fausse conception : « Je suis celui qui agit ». Abandonnez ce genre d’idées et laissez le corps et les sens jouer leur rôle sans interférence de votre part.

    23 La mer n’est pas consciente de ses vagues. De même, le Soi n’est pas conscient de son ego.

    24 « Je suis le corps » est une limitation, la racine de toutes les actions et de tous les désirs égoïstes et mesquins. « Je suis le brahman » est le passage au-delà du limité.

    24 C’est l’ego qui est à la source des pensées. L’obstacle, c’est le mental.

    25 Le fait est qu’il n’y a ni naissance, ni mort. Laissez donc celui qui croit être né penser à la mort et à ses palliatifs. Tant que vous vous prendrez pour l’auteur de l’action, vous en récolterez le fruit. Voyez que vous n’êtes pas l’auteur de vos actions. Alors vous deviendrez libre.

    26 La personne qui reste plongée dans l’idée « je suis le corps » est le plus grand pêcheur qui soit, car il se suicide. En revanche, la plus haute vertu, c’est l’expérience « Je suis le Soi ».

    27 La réalisation consiste à vous débarrasser de l’illusion de croire que vous n’êtes pas réalisé. Le sentiment : « Je ne suis pas encore réalisé » est l’obstacle à la réalisation. En fait, la réalisation a déjà eu lieu. Il n’y a rien d’autre à réaliser. Sinon, la réalisation serait une chose nouvelle ; n’ayant pas existé jusqu’ici, elle devrait se produire. Ce qui naît doit aussi mourir. Si la réalisation n’était pas éternelle, elle ne vaudrait pas la peine d’être acquise. Par conséquent, ce que nous cherchons, ce n’est pas quelque chose qui doit « arriver ». C’est seulement ce qui est éternel, mais que nous ne connaissons pas actuellement, en raison des obstructions ; c’est cela que nous cherchons. Tout ce dont nous avons besoin, c’est donc d’écarter ces obstructions. Ce qui est éternel ne nous apparaît pas comme tel en raison de notre ignorance. C’est l’ignorance qui est l’obstruction. Débarrassez-vous de votre ignorance et tout ira bien. Finalement, la réalisation revient à éliminer l’ignorance et rien d’autre.

    28 Tout le monde a peur de mourir. Pourquoi cette crainte ? Simplement, à cause de l’identification du Soi au corps physique, autrement dit l’idée fondamentale « Je suis le corps ». Ils s’obstinent dans leur fausse identification et restent persuadés que la naissance et la mort sont celles du Soi.

    29 Où va le mort ? Il est retourné à la source d’où il est venu. Il ne fait qu’un avec vous. Il se trouve là où vous êtes. Découvrez le véritable Soi et vous cesserez de vous prendre pour le corps. Vous êtes éternel. Vous comprendrez que les autres le sont également.

     

     

    « « Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 7)« Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 9) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :