• « Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 26)

    Question : Avant de renoncer complètement à tous ses désirs, il faut au préalable les satisfaire pleinement…

    Le Maître : C’est vouloir éteindre un incendie en arrosant les flammes avec de l’essence ! Plus les désirs sont satisfaits, plus les samskâra (tendances innées) s’enracinent. Ils doivent d’abord devenir plus faibles avant de cesser de s’imposer. Cet affaiblissement ne peut survenir qu’en se réfrénant, et non pas en s’abandonnant aux désirs.

     

    « Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 26)

     

    ANNEXE :

    Ramana Maharshi, à propos des désirs.

     

    « Enseignement » :

    N° 495 :

    Question : Avant de renoncer complètement à tous ses désirs, il faut au préalable les satisfaire pleinement…

    Le Maître : C’est vouloir éteindre un incendie en arrosant les flammes avec de l’essence ! Plus les désirs sont satisfaits, plus les samskâra (tendances innées) s’enracinent. Ils doivent d’abord devenir plus faibles avant de cesser de s’imposer. Cet affaiblissement ne peut survenir qu’en se réfrénant, et non pas en s’abandonnant aux désirs.

    Question : Comment peut-on les rendre plus faibles ?

    Le Maître : Par la connaissance ; vous savez que vous n’êtes pas le mental. Les désirs sont dans le mental. Une telle connaissance aide à les contrôler. Chaque fois que vous tentez de satisfaire un désir, cette connaissance vous rappelle qu’il vaut mieux s’abstenir. De fréquents rappels de ce genre affaibliront à la longue les désirs.

    Quelle est votre nature véritable ? Comment pouvez-vous l’oublier ? Les états de veille, rêve et sommeil profond ne sont que des phases du mental ; ils ne concernent pas le Soi. Vous êtes le témoin de ces états. Votre nature véritable se révèle dans le sommeil.

     

    N° 523 :

    Question : Comment puis-je maîtriser mes passions ?

    Le Maître : Trouvez leur racine et cela vous sera facile. Quelles sont les passions ? Le kâma (le désir), le krodha (la colère), etc. Pourquoi se manifestent-elles ? A cause des attirances et des répulsions à l’égard des objets perçus. Comment ces objets se projettent-ils dans votre champ de vision ? En raison de votre ignorance (avidyâ). L’ignorance de quoi ? Du Soi. Ainsi si vous découvrez le Soi et que vous y demeurez, vos passions ne vous dérangeront plus.

    Quelle est la cause des passions ? Le désir d’être heureux ou d’éprouver du plaisir. Pourquoi le désir du bonheur s’élève-t-il ? Parce que votre nature est bonheur, et il est naturel que vous reveniez à ce qui vous appartient ? Ce bonheur ne se trouve nulle part hors du Soi. Ne le cherchez pas ailleurs. Recherchez le Soi et demeurez-y. Au fond, ce bonheur qui est naturel, est tout simplement redécouvert ; si bien qu’il ne peut être perdu. Tandis que le bonheur provenant des objets extérieurs est tenu à disparaître. Il ne peut donc pas être permanent et ne vaut pas la peine d’être recherché. De plus l’appétit pour les plaisirs ne devrait pas être encouragé. Un feu ne s’éteint pas en versant dessus de l’essence. Vouloir satisfaire vos désirs temporairement en espérant que leur assouvissement entraînera leur disparition est tout simplement stupide.

    Il existe sans doute d’autres méthodes permettant la suppression des passions, telles qu 1. une alimentation contrôlée ; 2. le jeûne ; 3. la pratique du yoga ; 4. les médicaments. Mais leurs effets sont passagers, les passions réapparaissent avec plus de force dès que le contrôle est levé. Le seul moyen de les surmonter est de les déraciner. On y parvient en trouvant leur source.

     

    « Ramana  Maharshi au jour le jour »

    Page 114 :

    Question : Comment gérer mes passions ? Dois-je les contrôler ou les satisfaire ? Quand je suis la méthode de Bhagavân et demande : « A qui sont ces passions ? », au lieu de mourir, elles se renforcent.

    Le Maître : Cela prouve simplement que vous n’appliquez pas ma méthode correctement. La bonne voie est de trouver la racine de toutes les passions, la source d’où elles proviennent, et de s’en débarrasser. Si vous contrôlez les passions, elles seront réprimées pour un moment, mais feront de nouveau leur apparition. En les satisfaisant, elles seront satisfaites pour un moment et revendiqueront de nouveau leur assouvissement. Vouloir déraciner les désirs en les assouvissant, c’est comme vouloir éteindre un feu en y versant du kérosène. Le seul moyen est de trouver la racine des désirs et ainsi de les extirper.

     

    Page 223 :

    Question : Quel est le meilleur moyen pour se débarrasser des désirs, les satisfaire ou les refouler ?

    Le Maître : Si l’on pouvait se débarrasser d’un désir en le satisfaisant, il n’y aurait pas de mal à le satisfaire. Mais, en général, les désirs ne sont pas éradiqués en recevant satisfaction. Essayer de les déraciner de cette manière, c’est comme vouloir éteindre un feu en y versant de l’alcool. D’un autre côté, les refouler par la force n’est pas le bon remède non plus, vu que tôt ou tard les désirs refoulés surgiront de nouveau, ce qui peut mener à des conséquences indésirables.

    La bonne méthode pour se défaire d’un désir est de se demander : « Qui a ce désir ? Quelle est la source ? » Quand on aura trouvé, le désir sera déraciné et n’émergera plus jamais. Les petits désirs comme manger, boire, et dormir et les besoins naturels peuvent être satisfaits sans danger, bien qu’ils soient aussi classés parmi les désirs. Ils sont indispensables pour subvenir à la vie et ne s’implantent pas comme vâsanâ (tendance innée) dans le mental, générant d’autres naissances. En règle générale, il n’y a pas d’inconvénient à satisfaire un désir tant que cela ne conduit pas à d’autres désirs créant des vâsanâ.

     

    Page 28 :

    Question : Comment vaincre les passions ?

    Le Maître : Si les passions étaient en dehors de nous, nous pourrions prendre des armes et des munitions pour les vaincre. Mais elles proviennent de l’intérieur de nous-mêmes. Si nous recherchons la source d’où elles proviennent, naissent, elles ne remonteront plus et seront vaincues. C’est le monde et ses objets qui éveillent nos passions ; mais le monde et les objets ne sont qu’une création du mental. Dans notre sommeil profond ils n’existent pas.

     

     

    PLAN :

    I L’ego

    II La voie

    III Je ne suis pas le corps

    IV Le non-Soi

    V Mâyâ

    VI Le « libéré-vivant » et l’homme ordinaire.

    VII Les trois états

    VIII Le quatrième état

    IX Le Cœur

    X. Le Soi

    Annexe : A propos des désirs.

     

     

    « « Je suis » (selon Ramana Maharshi).(Partie 25)LE PERE DUCHESNE -- NUMERO SEPT – 17 NOVEMBRE 2018 (Partie 1) PREMIER CAHIER DE DOLÉANCE QU’EST-CE QUE LE PEUPLE ? »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :