• « Je suis, donc je pense » Conscience empirique et conscience universelle. (Partie 7)

    Toute la démarche maçonnique consiste donc à faire réemerger le Soi comme étant premier (unique ?) et à remettre l’ego à sa place (à la périphérie). Cela rappelle l’histoire suivante : dix idiots traversent une  rivière et arrivé de l’autre côté, ils décident de se compter. A chaque fois, ils découvrent qu’ils ne sont plus que neuf. Ils se mettent alors à pleurer et à geindre, en pensant avoir perdu un compagnon de route. Un pèlerin passant par là, découvrant leur erreur, décide de les aider, et il les compte, à son tour, en donnant à chacun un coup de pied aux fesses lors du passage devant lui. Il démontre ainsi qu’ils sont bien dix, mais chacun avait oublié de se compter lui-même. Ceci illustre bien la démarche maçonnique, et la recherche de Soi, dans le cadre du « connais-toi toi-même » : Le Soi n’a jamais été perdu, il est toujours là, mais il est oublié, ou caché, et il faut faire des efforts pour le redécouvrir : ces efforts consistent à mettre fin à l’illusion, celle qui fait que nous confondons l’ego avec notre être réel. C’est bien l’Etre, le « Je suis » qui est premier, l’ego n’en est qu’une conséquence, un effet, et il faut donc dire : « Je suis, donc je pense ».

     

    « Je suis, donc je pense »

    Conscience empirique et conscience universelle. (Partie 7)

     

    Comme pour les philosophies et les religions, il y a une doctrine réservée à l’élite, et une doctrine consacrée au peuple. La franc-maçonnerie fait partie des doctrines réservées à l’élite intellectuelle.

    Démocratie participative et démocratie directe : mépris des élites contre les élus populaires. Cela se manifeste chez les élus du Front National : effectivement le Front National est un parti fasciste. Mais voter pour lui et être candidat de ce parti est aussi une façon pour les classes populaires de montrer leur opposition au système et d’accéder enfin aux postes de responsables politiques de collectivités locales.

    Les fondamentalistes religieux, notamment l’islam dit radical, est une nouvelle barbarie de la même acabit que le nazisme en Allemagne (Hitler) ou le fascisme en Italie et en Espagne (Mussolini et Franco). Mais quelles perspectives offrent la république française au français d’origine maghrébine ? Ayant travaillé 11 années à Roubaix, j’ai pu constaté la façon dont la société se comporte de façon clanique et constitue un véritable enfermement des jeunes des quartiers populaires.

    La déchéance de nationalité est une mesure tournée contre les binationaux et donc contre les jeunes des quartiers populaires. Pas de déchéance de nationalité contre les escrocs en col blanc, comme Cahuzac et consorts ?

    Démocratie participative : un moyen pour écarter les classes travailleuses, classes dangereuses du pouvoir politique. Ceci est connu depuis le siècle des Lumières, dans les œuvres de Montesquieu et de Rousseau.

     

    Conclusion :

    La primauté de l’ego : c’est une erreur de perspective et de choix de centre de gravité. C’est prendre comme but principal la pierre brute, et non ce qui est contenu dans la pierre brute, la pierre cubique, qui représente le Soi. Cela conduit à poser l’ego comme une sorte d’état dans l’état, comme une entité indépendante du tout. La bonne conception est celle d’un ego, secondaire, intégré harmonieusement dans le Tout. C’est ce qu’a entrepris Spinoza dans son Ethique : il y a d’abord la totalité, la nature, (qu’il appelle par prudence « Dieu »), et chaque individu aspire au bonheur, en étant parfaitement intégré dans ce Tout.

    Toute la démarche maçonnique consiste donc à faire réemerger le Soi comme étant premier (unique ?) et à remettre l’ego à sa place (à la périphérie). Cela rappelle l’histoire suivante : dix idiots traversent une  rivière et arrivé de l’autre côté, ils décident de se compter. A chaque fois, ils découvrent qu’ils ne sont plus que neuf. Ils se mettent alors à pleurer et à geindre, en pensant avoir perdu un compagnon de route. Un pèlerin passant par là, découvrant leur erreur, décide de les aider, et il les compte, à son tour, en donnant à chacun un coup de pied aux fesses lors du passage devant lui. Il démontre ainsi qu’ils sont bien dix, mais chacun avait oublié de se compter lui-même. Ceci illustre bien la démarche maçonnique, et la recherche de Soi, dans le cadre du « connais-toi toi-même » : Le Soi n’a jamais été perdu, il est toujours là, mais il est oublié, ou caché, et il faut faire des efforts pour le redécouvrir : ces efforts consistent à mettre fin à l’illusion, celle qui fait que nous confondons l’ego avec notre être réel. C’est bien l’Etre, le « Je suis » qui est premier, l’ego n’en est qu’une conséquence, un effet, et il faut donc dire : « Je suis, donc je pense ».

    Le Soi est toujours présent : de même, lorsque l’on casse une cruche, l’espace contenu dans cette cruche n’est pas atteint et demeure. De même, lorsque le corps et l’ego disparaissent, le Soi demeure. Le but de la vie humaine est de faire communiquer l’espace de la cruche avec l’espace du cosmos, par-delà l’enveloppe de la cruche : c’est supprimer l’ignorance ou bien l’obstacle que constitue l’ego (la cruche). C’est devenir un libéré-vivant. En conséquence, être, devenir, « Je suis » c’est être, devenir, l’espace contenu dans la cruche, et non la cruche. « Je suis » est un contenant, et non un contenu. L’espace est premier, au centre, la cruche est seconde, ou à la périphérie. Et cette périphérie comporte toutes les pensées. « Je suis, donc je pense ». C’est une union harmonieuse entre l’individu et l’universel, entre l’ego et le Soi, chacun à sa place.

    Evangile de Thomas : « Lorsque vous ferez de deux Un et que vous ferez l’intérieur comme l’extérieur, et l’extérieur comme l’intérieur, et ce qui est en haut comme ce qui est en bas, et lorsque vous ferez du mâle avec la femelle une seule chose, alors vous entrerez dans le royaume ». Cela signifie qu’en franchissant l’obstacle de la dualité, tu passes de l’individualité refermée sur elle-même à la personnalité ouverte sur l’univers.

     

     

    « « Je suis, donc je pense » Conscience empirique et conscience universelle. (Partie 6)La franc-maçonnerie, voie initiatique (Partie 1) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :