• Bilan Élections municipales 2020 Metz Commune Libre.(Partie 8)

    «Pourquoi un bilan est indispensable ?

    Il faut de l'humilité de la part des membres de la liste, et demander , d'abord , un vrai bilan (un audit : ce qui a fonctionné, ce qui n'a pas fonctionné,...) et ensuite s'attaquer à un programme qui répond aux vrais besoins des habitants. Non seulement le confinement n'empêche pas cela, mais plutôt le favorise.

    Bilan Élections municipales 2020 Metz Commune Libre.(Partie 8)

    ANNEXE 2 :

     

    «Pourquoi un bilan est indispensable ?

    Il faut de l'humilité de la part des membres de la liste, et demander , d'abord , un vrai bilan (un audit : ce qui a fonctionné, ce qui n'a pas fonctionné,...) et ensuite s'attaquer à un programme qui répond aux vrais besoins des habitants. Non seulement le confinement n'empêche pas cela, mais plutôt le favorise.

    Quel est le but d'un bilan ? C'est te faire progresse la liste , en précisant le positif, le négatif, et donc ce qu'il faut améliorer.

    La liste comprend des militants chevronnés. Ce bilan est indispensable à la fois pour repartir (si la liste repart) dans de bonnes conditions, et aussi par respect à tous ceux qui ont participé peu ou prou à la liste.

    Dans le bilan , il ne faut ni être bienveillant , ni saignant, mais approcher au plus près , le vrai et le réel.

     

    Pourquoi la théorie est importante ?

    Concernant les lectures, pendant le confinement, on peut lire « Le Manifeste du parti communiste » de Karl Marx. L'ouvrage figure sur Internet, par exemple le site : http://lesmaterialistes.com/ partie les classiques du marxisme. Il y a aussi des commentaires sur le « Capital » de Marx.

    Il est important de bien comprendre la théorie de la plus-value. Donc, il faut lire le tome 1 du « Capital » de Karl Marx. Pour entrer en matière, je conseille de commencer par les textes sur le site https://materialisme-dialectique.com/le-capital-de-karl-marx/#Les-fondements-du-capital-selon-Marx

    Cliquez ci-dessus pour avoir les textes.

    Pourquoi il est important de bien comprendre la théorie de la plus-value ? Cela permet de mesurer le niveau d'exploitation. Exemple : Si tu travailles 8 heures par jour, tu travailles 1 heure pour ton salaire, et 6 heures pour le profit de ton patron . Ce profit se compose de divers éléments, dont les impôts (pour financer les biens communs) et le profit personnel du patron (dividendes, investissements futurs, etc.) . Donc, dans ce cas , tu es exploité (et tes collègues aussi) pour 7/8° du temps de travail, soit exploitée à près de 90 %. Si tu es assez avancée dans l'étude du « Capital », envoie moi , selon le raisonnement de Marx, ton calcul. Ceci est dû au fait que les capitalistes sont propriétaires (à vie et en héritage) des moyens de production. Le socialisme, c'est l’appropriation par toute la société des moyens de production, et donc le temps de travail non payé profite à tous.

    De manière imagée et simplifiée, qu'est-ce que le capitalisme, et qu'est-ce que le socialisme ? Imagine une île , sur laquelle vit un peuple. Ces habitants travaillent un jour, pour subvenir à leurs besoins. Le reste du temps est disponible (6 jours donc), pour le plaisir, les arts etc. Arrive un bateau, qui débarque quelques bourgeois. Arrive la bourgeoisie. Par la force et la ruse, elle fait travailler 6 jours, les habitants de cette île. . Le salaire : 1 Jour. Les profits : 5 jours . Taux d'exploitation : 5/6, soit 83 %. En somme, ils font croire à ces habitants (par la religion, l'idéologie,...) qu'il est nécessaire de travailler 6 jours pour avoir le droit de vivre décemment, et encaissent à leur profit 5 jours. C'est la dictature de la bourgeoisie(préservée par sa police et son armée) . On peut imaginer que, pour se donner une légitimité, cette classe bourgeoise organise tous les cinq années, des élections, afin de faire choisir par le peuple les représentants d'une des fractions de la bourgeoisie , de gauche et de droite. Cela donne le sentiment de la liberté au peuple. Mais cette bourgeoisie n'hésite pas à utiliser la violence, en cas de besoin, et même à instaurer un régime fasciste.

    Un jour, les habitants se rebellent et prennent tous les pouvoirs : c'est le socialisme. Ils instaurent la dictature de la majorité, sur la minorité. Ils font en sorte que les bourgeois deviennent des salariés comme eux, diminuent le temps de travail (par exemple 5 jours au total), 2 jours pour leur salaire, et la plus-value (3 jours ) pour couvrir les charges des bien communs. Voilà pourquoi il est important d'unir le peuple , de lui donner conscience de son état, et de l’inciter à détruire la domination bourgeoise (révolution prolétarienne).

    Il faut étudier aussi l'histoire, et en particulier la Révolution française de 1789-1794, la Commune de Paris de 1871, la Résistance de 1940 à 1945...

    Mais aussi l'époque contemporaine , et tu verras que le capitalisme agonisant s'est néanmoins épanoui, en partageant les miettes et en exploitant les pays en voie de développement, pendant les Trente glorieuses, et nous avons vécu une drôle d'époque de 1989 (chute du mur de Berlin à 2018 (gilets jaunes,...) . Mais depuis, il y a redémarrage d'une époque révolutionnaire.

    Le nouveau et l'ancien : Ce qui compte, c'est ce qui est nouveau, et qui va se développer, pas ce qui est ancien, qui est peut-être fort aujourd'hui, mais va disparaître.

    Pour avoir un point de vue marxiste-léniniste des choses , il faut s''habituer à examiner les problèmes sous deux angles complémentaires : l'aspect subjectif et l'aspect objectif. Ainsi, par exemple, analyse la situation des gilets jaunes. Certains gilets jaunes ont une situation ambiguë : d'un point de vie social, ils sont petits-bourgeois (à la fois propriétaires de leurs moyens de production, et aussi exploités par la grande bourgeoisie des grandes surfaces, par les banquiers, etc.). Comme les petits commerçants, les petits agriculteurs, etc. Donc, ils aimeraient bien faire faire un retour en arrière au capitalisme français, retrouver une période où ils vivaient bien , en exploitant eux-mêmes les ouvriers et les employés,... Ce qui est impossible. C'est pourquoi, certains se tournent vers de fausses solutions, comme le fascisme (voir les années 1930, qui ont suivi la grande crise de 1929). Le fascisme, c'est le capitalisme national, et la guerre. De l'autre côté, de façon inéluctable, ils sont précarisés et paupérisés, et tombent donc dans la masse du prolétariat. Ils perdent leurs moyens de travail. Ce qui va être terrible lors de la crise économique qui s'annonce. Donc, ils ont intérêt, à moyen et plus long terme au socialisme. Ce point de vue te rend donc optimiste, car tout va vers le socialisme (la fin de l'appropriation des moyens de production, côté bourgeoisie, de façon de plus en plus minoritaire ; et exploitation éhontée de la majorité). Ainsi, pour ce qui est de la révolte, il n'y a pas le choix. Mais il faut aussi une vue sur le moyen et le long terme. Voir en fichier, un texte que j’ai fait concernant les gilets jaunes.



    Quelles sont les éléments d'un bilan ?

    Quand j'ai interpellé sur la notion de « démocratie » en général ! Luc a prôné l’enthousiasme. Mais l'enthousiasme ne suffit pas : toutes les autres listes comptent aussi des militants enthousiastes, et l’enthousiasme ne fait pas la différence. La preuve : aussi haut était l’enthousiasme, aussi bas est la déprime aujourd'hui. Et aussi d'un programme global si on part pour les prochaines échéances. Pourquoi n'y aurait-il pas de bilan ? Parce que certain sont imbus d'eux-mêmes (ils croient détenir la vérité), et d'autres incapables de le faire, parce que incapables de porter un jugement objectif sur leur  réalité sociale. Le confinement a bon dos. Que feront-nous si, demain, il y a une guerre, ou autre ? Il faut de l'empathie, et se souvenir que : les palestiniens connaissent l'oppression depuis plus de 80 ans ; les Syriens et autres connaissent la guerre depuis des dizaines d'années ; l'Afric connaît l'oppression de l'impérialisme français depuis près de deux siècles (ce que Jean-Hugues connaît bien) etc. Par exemple, en 1940, fallait-il baisser les bras, collaborer ou résister ?

    La liste comprend beaucoup d’enseignants. Lorsqu'ils font « classe », et que leur message passe à 2%, ces militants ne font-ils pas un bilan de leur pratique ? Soit 0,6 élève sur 30 ? Il faut s'interroger : soit le programme n'est pas bon,soit la pédagogie n'est pas bonne. Le message devrait « toucher » 25 élèves sur 30. De même que penser de notre programme et de notre pratique ? J'ai mon idée là-dessus, et je te conseille d'attendre de voir le bilan (Jean-Hugues, Robert, Fernand, Luc, etc.). Pour te préciser les choses : beaucoup trop de membres de cette liste vivent dans leur monde, un monde petit-bourgeois, qui vit dans sa sphère de confort et de certitudes, et manquent d'empathie à l'égard des habitants de Metz, dont les abstentionnistes. Par exemple , lors de la réunion chez Jean-Hugues, l'un d’eux m'a demandé si j'étais venu en voiture : ce qui pour lui est un « péché » ! Ce qu'il faut, c'est « partir des masses pour retourner aux masses », c'est-à-dire partir de la réalité de la majorité des messin-es , de leurs conditions de vie (pourquoi ils ont des voitures, ont besoins de parkings pas chers,etc.) pour leur proposer , ENSUITE, des solutions à plus long terme (le vélo, le transport collectif gratuit, etc.) . Il ne s'agit sûrement pas d'essayer de vendre, AUJOURD'HUI, son propre train de vie (manger bio, etc. ). Donc : pas de bilan, c'est rester sur leur position , ne rien remettre en question. Et donc bis repetita lors du prochain scrutin. En ce sens, c'est plutôt positif, les 2 %. Que n'auraient-ils pas crié à la victoire s'il y avait plus de 10 % ?

    Petit-bourgeois, nous le sommes tous. Par la fonction sociale, et le statut. Ce n'est pas le problème. D'ailleurs les biographies des grands marxistes, celles-ci indiquent Marx et Engels étaient de grands bourgeois et Lénine, un membre de la classe moyenne russe.

    Metz , à droite ? Il ne faut pas raisonner en droite-gauche. Attention aux idées dominantes, qui sont les idées de la classe dominante. Mais en Peuple-bourgeoisie. Qui a intérêt à changer ? Le peuple, c'est-à-dire 98 % de la population , y compris la petite-bourgeoisie. Qui a intérêt à maintenir les choses en l'état ? (Tout changer pour que rien ne change ) La bourgeoisie. Mais il faut éviter, si c'est possible de passer par la case fascisme et populisme, pour aboutir au changement. Ce passage rend le changement plus difficile et plus douloureux.

    Venons-en à notre sujet principal La critique principale à l'égard de la liste : c'est l'absence d'une lecture « lutte des classes » au niveau global et au niveau local. Luttes des classes, au niveau local, non pas entre la gauche et la droite, ou le centre, mais bien entre le peuple et la bourgeoisie.

    Le programme de la liste est une agglomération de divers « mal-être ». Exemple : LGBTQ. Prenons les gay. Mais je note que le problème est vu de façon « bobo ». On oublie que la question gay se pose également à Borny et ailleurs. Là aussi, la question gay ne peut pas être appréhendée en soi, mais d'un point de vue de la lutte des classe. L'exemple concerne la question homophile/homophobe de l’Église ,et rend cela évident. Ainsi, dans l 'Église, il faut bien distinguer:

    • Les bourgeois : les princes de l’Église, qui vivent dans un luxe insolent. 80 % sont homophiles. Ils tiennent un double langage, et mènent une double vie : D'un côté, ils luttent avec acharnement contre l'avortement, la contraception, l'égalité homme-femme et la possibilité pour les femmes d'être ordonnées... Ils ont homophobes. De l'autre côté, ils sont homophiles, et vivent soit en couple, soit en drague permanente (des séminaristes, des immigrés, etc.). Une partie est aussi pédophile, à condamner. Beaucoup sont prédateurs et abuseurs sexuels. Souvent les malversations financières vont de pair. Politiquement, ce sont des soutiens des régimes les plus rétrogrades (Pinochet, militaires et péronisme en Argentine, militaires au Brésil,...). De toutes façons, ce sont les fidèles soutiens des régimes bourgeois.

    • Les membres du peuple : ce sont des prêtres qui vivent , soit leur hétérosexualité, soit leur homosexualité, de façon décomplexés, notamment en Afrique et en Amérique du Sud . Certains sont des partisans de la théologie de la libération, et même certains n'ont pas hésité à prendre les armes aux côtés des guérilleros. Beaucoup ont été victimes des régimes fascistes et autoritaires. Parmi eux, il y a une fraction de pédophiles, d'abuseurs sexuels et de prédateurs à condamner.

    De même, pour LGBTQ, à Metz, il faut faire la bonne analyse.

    De même pour les autres préoccupations (écologie, femmes, etc.). Tout est vu à la périphérie ? On oublie le « central » : la préoccupation des gens ordinaires : le chômage, la dureté du travail , les logements indignes (cage à lapins,...), une école à deux vitesses, exercer sa religion (l'islam à Borny) dans des conditions dignes, etc. .Amalgame de toutes les luttes périphériques, mais quid des luttes centrales ? Ainsi, tout est vu, à leur porte, avec les lunettes de Basta. Il faut donc à la fois, reprendre les besoins de tout le peuple messin, et aussi, étendre les préoccupations à tous le peuple messin, tout en condamnant la bourgeoisie messine (pas de démocratie en général, mais une démocratie bourgeoise, et une démocratie populaire.). Il faut donc, par empathie, avoir un programme global , qui prend en compte l es besoins du plus grand nombre : chausser les lunettes du « peuple messin ». Et non pas chausser les lunettes de la petite-bourgeoisie ou de Basta.

    Certains disent qu'il fallait reprendre le programme de LFI. Mais dans ce cas, il fallait l'adapter à la ville de Metz. Mais chausser les lunettes LFI, était-ce une solution ? Je ne le pense pas. Se réclamer de LFI ? En somme c'est un referendum pour Jean-Luc Mélenchon ? Je rappelle le népotisme de ce mouvement : Les membres désigné pour les élections régionales et nationales , sont des personnes de la famille ou des proches de JLM ; il n'y a pas de démocratie (vote et adoption par la majorité, puis la minorité se plie à la décision prise). Les responsables de ce mouvement ne sont pas marxistes, mais « socialistes » , «mitterrandiens » et surtout ils ont des ambitions personnelles. Parti faible et mou, sans véritable centralisme démocratique . Voir les multiple divisions à Metz : LFI est partout, et nulle part, sur plusieurs listes Une fois les décisions prises, la minorité ne sait pas se ranger derrière la majorité. Pour reprendre l'image ci-dessus, JLM débarque du bateau, mais il est rusé, et il compte bien prendre le pouvoir, en se prévalant des valeurs populaires. Quand Laurent dit que la 6° république, c'est un progrès par rapport à la 5°république décadente, c'est vraiment comique : en somme il faut remplacer les chaîne de l'esclavage salarié par une chaîne d'or. Ceci alors que la France est mûre pour passer au socialisme ?

    Que faire ? Remplacer les lunettes de Basta, de la petite bourgeoisie, de LFI, par les lunettes du « peuple messin ».

    On peut, avec de l'empathie, bien sûr, ce que Marx avait pour le prolétariat du XIX° siècle, comprendre et même expliquer scientifiquement , le style de vie de quelqu'un d'autre. Si je chausse les lunettes Basta, c'est un maximum de 500 voix à Metz . Et si je chausse les lunettes du « peuple messin », c'est combien de voix ? De plus les gens se rendent bien compte des intérêts que l'on défend : les leurs ou les intérêts d'un petit groupe ?

    Il en résulte de nombreux aspects de la liste.

    L'aspect financier : Financièrement, Jean Bernard a proposé , à plusieurs reprises,  de faire un budget prévisionnel et un appel aux promesses de dons, loin en amont. Il a même proposé d'aider en tant qu'aide comptable à la tenue des comptes. Or, lors d'un mail , à la veille du premier tour, dans « l'ivresse »  d'une victoire annoncée (plus de 10 % des voix ) il est demandé ce que l'on allait faire de l'argent collecté en plus : boire le champagne. Imaginez la réaction d'un ouvrier, qui se sacrifie pour donner des petits sous à la liste ? . Que penser des membres d'une liste qui prétend gérer un budget de 200 millions d'euros ?

    L'usage du RIC et de la démocratie populaire. Un des articles du programme est le RIC ; Article purement électoraliste ? Dans un mail, Jean Bernard a proposé d'utiliser le RIC, par facebook, par exemple pour décider de la position à tenir par la liste après le premier tour. Imaginez l'impact auprès de l'électorat : contrairement aux autres, non seulement cette liste prône le RIC, mais elle l'applique d'ores et déjà à elle-même.

    Comme beaucoup de propositions, celle-ci n'a rencontré aucun écho. Tout était ficelé, en haut lieu comme on dit (niveau national ou régional?). Jamais de débat de fond, mais toujours pris par l'urgence .Pourquoi ? Peur de la division et de l'éclatement ? Sans doute que Robert a ramé comme un diable , pour créer la liste. Tout « faux-pas » pouvait conduire à l'éclatement.

    Lors d'une réunion avec Pierre Gatty , Jean Bernard a apporté des documents sur la gestion de Metz : audit ville de Metz, compte rendu de l'activité des services de Metz,...Mais il s'est vite rendu compte de la tournure du débat : un programme clé en main, surtout écolo, non amendable. Alors il a tout remisé aux archives... Dommage de ne pas s’intéresser plus que cela à la réalité de la ville, dont le personnel (pour lequel Jean Bernard a proposé des mots d'ordre).

    Sans compter de comportement de divas de certains, qui est une inflation de l'ego ! Tout cela réduit un peu au silence dans les rangs, non ?

    Par ailleurs, il y a peu d'intérêt , en fait , pour le fonctionnement du conseil municipal de Metz. Lors du dernier conseil municipal, avant le premier tour ; toutes les listes étaient représentées, sauf la notre (Jean Bernard était présent, mais on s'est bien gardé, vu l'équilibre plus que fragile de la liste, de le nommer représentant de la liste!).

    Basta, c'est le diable qui bondit de sa boîte toutes les cinq années : or, ce n’est pas comme cela que l'on gagne une élection ou que l'on fait un bon score. Si l'on veut préparer les prochaines échéances, c'est un travail de 5 ans, travail de dominicain et de groupe ( rappelons que Jean Bernard a proposé de transformer la liste et les sympathisants en association, pour sérieusement préparer les échéances futures mais là aussi pas de réponse).

     

    Jean Bernard .

    Avril 2020. »

     

    « Bilan Élections municipales 2020 Metz Commune Libre.(Partie 7)Bilan Élections municipales 2020 Metz Commune Libre.(Partie 10) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :