• Au 21° siècle : « Révolution » macronienne ou Révolution prolétarienne ? (Partie 20) Dictature de la bourgeoisie ou dictature du prolétariat ? Barbarie ou Socialisme ? Code du Capital ou Code

    La seule arme dont dispose le prolétariat pour s’emparer du pouvoir, c’est l’organisation. Il y a une différence d’avec la prise du pouvoir politique par la bourgeoisie : pour parvenir à cela, la bourgeoisie s’est emparée du pouvoir économique (du moins elle l’a créé en partie et l’a développé). Le prolétariat a une triple tâche : premièrement, la constitution des prolétaires en classe, de classe en soi, ils doivent devenir classe pour soi. Deuxièmement, la révolution prolétarienne. Troisièmement, la conquête du pouvoir politique par le prolétariat, la dictature du prolétariat (66).

    Au 21° siècle : « Révolution » macronienne ou Révolution prolétarienne ? (Partie 20) Dictature de la bourgeoisie ou dictature du prolétariat ? Barbarie ou Socialisme ? Code du Capital ou Code du Travail ? Pour commémorer la Révolution russe d’octobre 2017.

     

    CHAPITRE IV

     

    « PROLETAIRES ET COMMUNISTES »

     

    Quelle est la structure d’une classe sociale ? Une classe sociale est un ensemble d’individus répartis en trois parties :

                                                                         

     

    ·                    L’avant-garde ;

    ·                    Le centre ;

    ·                    L’arrière-garde (63).

     

    De même, dans le prolétariat, on trouve une avant-garde, la masse et le lumpenprolétariat (64). L’avant-garde constitue l’ensemble des partis politiques ouvriers, et en particulier les communistes. Quel est le rapport entre les communistes et la clase prolétarienne ? Les communistes constituent-ils un nouveau parti accolé à l’ensemble des autres partis ouvriers ? Non. Le parti communiste n’est pas un nouveau parti qui s’ajoute aux autres : c’est l’état-major (65) du prolétariat. La classe ouvrière est divisée, et face à la bourgeoisie, il lui faut l’unité, en particulier l’unité de vue : c’est là une des tâches des communistes.

    La seule arme dont dispose le prolétariat pour s’emparer du pouvoir, c’est l’organisation. Il y a une différence d’avec la prise du pouvoir politique par la bourgeoisie : pour parvenir à cela, la bourgeoisie s’est emparée du pouvoir économique (du moins elle l’a créé en partie et l’a développé). Le prolétariat a une triple tâche : premièrement, la constitution des prolétaires en classe, de classe en soi, ils doivent devenir classe pour soi. Deuxièmement, la révolution prolétarienne. Troisièmement, la conquête du pouvoir politique par le prolétariat, la dictature du prolétariat (66).

    La différence, du point de vue théorique, entre communistes et utopistes, est que les premiers se fondent sur le matérialisme, les seconds sur l’idéalisme (67). Les utopistes élaborent dans leurs têtes, un modèle de société qu’ils cherchent ensuite à appliquer. Le programme des communistes (programme qui s’identifie avec les tâches historiques du prolétariat) repose sur la connaissance des lois de l’histoire.

     

    QUEL EST LE PROGRAMME DES COMMUNISTES ?

     

    a-                 Le premier point de ce programme, c’est l’abolition de la propriété privée.

    Il ne faut pas être abstrait et parler de la propriété en général. Si l’on traite le problème de l’abolition de la propriété, que peut-on en dire ?

    L’abolition de la propriété privée n’est pas un fait nouveau dans l’histoire, car le régime de propriété a sans cesse évolué. Par exemple : la propriété, à l’origine, n’existait pas. Ou bien encore : la bourgeoisie a contribué à supprimer la propriété de type féodal en 1789, en France, pour implanter la propriété bourgeoise que nous connaissons encore à l’heure actuelle. Et que supprime le communisme ? C’est la propriété bourgeoise.

    Dans notre société, qui repose sur les mêmes principes généraux qu’à l’époque de Marx et Engels, il existe deux types de propriété :

    ·                    D’une part, la propriété personnellement acquise, fruit du travail de l’individu.

    ·                    D’autre part, la propriété acquise par le vol d’autrui.

    C’est la seconde forme qui caractérise le mieux le capitalisme : le bourgeois capitaliste vole la plus-value à l’ouvrier. Quant à l’idée que le travail génère la richesse, produit de la propriété, elle est de moins en moins vraie : la preuve c’est que la plus grande partie des travailleurs s’escriment toute leur vie, et sont parfois plus démunis à la fin qu’au début de leur existence (ils épuisent leur force physique ou intellectuelle à la reproduction et à l’accumulation du capital).

    Qui vole la propriété ? Au cours du développement historique, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. La propriété, base de la liberté et de toute activité, cette idée est vraie dans un système donné, dans certaines circonstances historiques, pas dans d’autres. Dans un système différent, il est possible de trouver (de créer) au travail humain d’autres motivations que la seule recherche et accumulation de propriété et de richesses : ces motivations peuvent être le service d’autrui, les réponses aux besoins sociaux. Ceci d’autant plus que le travail ouvrier, créateur de toutes les richesses, ne produit pas la propriété, mais enrichie le capitaliste non productif.

    Sans cesse, dans le système capitaliste, la bourgeoisie accapare les biens des petits propriétaires (artisans et paysans) et des bourgeois les moins compétitifs : elle exproprie les richesses de ces couches sociales. C’est pourquoi la bourgeoisie – une extrême minorité – sera à son tour expropriée par l’immense majorité, ceci à l’issue du conflit aigu entre TRAVAIL et CAPITAL.

    Il s’agit d’abolir une propriété bourgeoise qui n’existe que dans la mesure où les neuf dixièmes de la société sont expropriés. Un capitaliste peut être bon, philanthrope, humaniste. Mais il n’empêche que, de par sa nature, il exploite les ouvriers, sinon il nie sa propre nature – et se « suicide », disparaît en tant que capitaliste.

    L’ensemble du capital social appartient presque exclusivement à la classe capitaliste : le lien juridique qui lie le capital à la bourgeoisie est fortement ancré dans toutes les consciences, et il est défendu dans la réalité, par l’Etat bourgeois (armée, police, justice, éducation). Mais en fait, l’exploitation de ce capital est mise en œuvre par tous les membres de la société. L’objectif de la révolution prolétarienne est de rétablir (d’établir pour la première fois dans l’histoire ?) cette réalité, de résoudre la contradiction : d’une part, le capital appartient en titre à une petite minorité, les capitalistes, d’autre part, le capital est exploité en fait par tous les membres de la société.

    Les moyens de production appartiennent aujourd’hui à une classe privilégiée : après la révolution prolétarienne, ils appartiendront à la société. En fait, cette révolution prolétarienne n’exproprie personne, car c’est les travailleurs qui, par leur labeur depuis des générations, ont créé ces richesses et mille fois remboursé la valeur de celles-ci.

     

    Les moyens de production seront donc collectivisés (c’est-à-dire rendus à la communauté) afin d’empêcher tout retour à l’exploitation de l’homme par l’homme par l’intermédiaire de ces moyens de production. Mais il n’en sera pas ainsi pour les biens de consommation, qui appartiendront aux travailleurs individuels : « Nous ne voulons absolument pas abolir cette appropriation personnelle des produits du travail, indispensable à la reproduction de la vie du lendemain, cette appropriation ne laissant aucun profit net conférant un pouvoir sur le travail d’autrui. » (68) 

    « Au 21° siècle : « Révolution » macronienne ou Révolution prolétarienne ? (Partie 19) Dictature de la bourgeoisie ou dictature du prolétariat ? Barbarie ou Socialisme ? Code du Capital ou Code Au 21° siècle : « Révolution » macronienne ou Révolution prolétarienne ? (Partie 21) Dictature de la bourgeoisie ou dictature du prolétariat ? Barbarie ou Socialisme ? Code du Capital ou Co »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :