• apocalypse vingt-et-un (Partie 13)

    ces biens communs appartiennent déjà de fait à la société ayant été produits par celle-ci dans son ensemble mais pour être indûment accaparés par la minorité bourgeoise pour servir de moyen d’oppression et d’exploitation de la grande majorité du peuple

     

    apocalypse vingt-et-un (Partie 13)

     

    XVI

    avec l’état socialiste c’est la fin de l’exploitation de la majorité par la minorité

    tout est fait pour servir le peuple et améliorer son sort

    les biens sont partagés de manière équitable et chacun en dispose en fonction de ses besoins

    toutes les propriétés dont notamment les moyens de production les grands monopoles les banques les assurances les chemins de fer etc. sont transférés immédiatement et sans aucune compensation à la société toute entière

    ces biens communs appartiennent déjà de fait à la société ayant été produits par celle-ci dans son ensemble mais pour être indûment accaparés par la minorité bourgeoise pour servir de moyen d’oppression et d’exploitation de la grande majorité du peuple

    pour parvenir au socialisme puis au communisme il faut supprimer toute forme d’héritage qui crée des inégalités

    à l’exception des biens nécessaires à la vie quotidienne il est aberrant injuste et inutile qu’à l’un des bouts de la société les uns possèdent trop ce qui caractérise une très petite minorité de très riches et qu’à l’autre bout de la société une grande majorité de citoyens soient privés de tout

    il est également injuste qu’avec le dispositif de l’héritage les uns commencent dans la vie avec beaucoup plus de biens que le strict nécessaire d’autant plus que les grandes fortunes sont accaparées par le vol et l’exploitation et ne reposent plus jamais sur le travail personnel et honnête

    notamment la nouvelle société doit éviter comme c’est le cas actuellement que les riches deviennent de façon éhontée et frauduleuse de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres manquant du strict nécessaire

    dans cette nouvelle société il ne peut y avoir ni de très riches ni de très pauvres ni châteaux ni chaumières et taudis

    les sans domicile fixe sont prohibés et chaque ménage dispose d’un logement décent

    les fuites fiscales sont impossibles et toute tricherie est sévèrement sanctionnée comme une atteinte intolérable à l’intérêt collectif

    telle est la première béatitude

    le travail tant manuel qu’intellectuel est sacralisé et obligatoire

    il n’y a plus de différences exorbitantes entre les salaires créant des iniquités

    tous les citoyens ayant l’âge requis doivent travailler en fonction de leur possibilité

    personne n’est oisif et vit aux dépens des autres

    le travail est à la fois un besoin et un plaisir partagé par tous

    il n’y a plus de chômage et chacun est utilisé pendant une période raisonnable par la société afin de servir au mieux les intérêts de tous

    telle est la seconde béatitude

     

     

    « apocalypse vingt-et-un (Partie 12)apocalypse vingt-et-un (Partie 14) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :