• « * Je promets de refuser toute dictature, quelle qu’elle soit, et de m’y opposer.

    * Je promets de résister à tout asservissement de la personne, de la pensée, de l’esprit.

    * Je promets de répudier toute volonté de puissance, cause de guerre, de conquête, de domination, qui trouble la paix et prive les peuples de la liberté de disposer d’eux-mêmes.

    * Je promets de contribuer à la réparation des maux issus de tous les excès de pouvoir.

    * Je promets de régler mes actes selon l’Amour de la Vérité et l’Amour de l’Humanité.

     

    Fais ce que dois, advienne que pourra. » 

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • « A M. le Maréchal Pétain, chef de l'Etat français

    Monsieur le Maréchal,

    Devant les malheurs de la patrie, tous les Français doivent consentir les plus grands sacrifices ; mais en est-il de plus douloureux que celui de détruire l'œuvre à laquelle on a donné le meilleur de sa pensée et de son cœur ? Si pénible que cela nous soit, nous croyons accomplir notre devoir présent en nous soumettant à la décision du gouvernement français concernant la Franc-maçonnerie du Grand Orient de France, tout en vous présentant, en raison des mensonges répandus sur cet Ordre philosophique, une déclaration aussi solennelle que respectueuse.

     Dans l'impossibilité absolue de réunir l'Assemblée ou le Conseil qui détiennent les pouvoirs statutaires en cette matière, mais nous appuyant sur la confiance qui nous a maintes fois été accordée et prenant l'entière responsabilité de notre charge, nous déclarons que le Grand Orient de France cesse son fonctionnement et que toutes les Loges qui en relèvent doivent immédiatement renoncer à poursuivre leurs travaux, si elles ne l'ont déjà fait.

     Sans doute, comme toutes les institutions humaines, la Franc-maçonnerie française a eu ses faiblesses, mais durant ses deux siècles d'existence, elle compte à son actif de belles pages d'histoire depuis les encyclopédistes jusqu'au maréchal Joffre, vainqueur de la Marne. Elle a brillé par sa grandeur morale, elle ne peut rougir ni de son idéal ni de ses principes. Elle succombe victime d'erreurs à son endroit et de mensonges, car dans son essence elle a le respect de la pensée libre, des convictions et des croyances sincères. Elle a toujours honoré le travail. Son but suprême est l'amélioration morale et matérielle des hommes dont elle voudrait poursuivre l'union par la fraternité. Elle a conscience, dans les événements douloureux que la France vient de traverser, de n'avoir failli ni à sa tradition, ni au devoir national. A de nombreuses reprises, elle a fait appel aux bons offices du président Roosevelt dans le but de maintenir la paix entre les peuples et c'est le cœur saignant qu'elle a vu se déchaîner l'effroyable conflit.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le profil des présidents est toujours le même : il s’agit une caste de cent frères, dont essentiellement des parisiens, médecins ou cadres supérieurs, énarques si possible. Les décision majeures sont prises dans un carré représentant 0,2 % des membres, soit un carré d’environ 100 membres, plutôt parisiens, en tout cas notables bien établis.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sans doute, le franc-maçon médecin peut-il aimer le genre humain, et donc y compris la femme de ménage, ou l’infirmière, ou la cliente de cabinet médical : mais le fait qu’il refuse obstinément, de manière implicite ou explicite, que cette femme de ménage, infirmière ou cliente, puisse un jour prétendre être initiée, dans sa propre loge maçonnique ou dans une autre loge maçonnique, jette un peu d’ombre sur cet amour universel ou fraternité universelle : pour le moins, il n’y a pas de traitement égalitaire, puisque aucun moyen n’est mis en œuvre pour que cette femme de ménage, infirmière, cliente puisse un jour être franc-maçonne, comme par exemple une application démocratique du quotient familial sur le montant de la cotisation

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Même la bonne santé n’est pas un critère d’une grande avancée sur le chemin initiatique. Comme l’indique Yogananda : « Un corps malade n’indique pas plus que le guru n’a pu atteindre le contact divin qu’une santé de fer n’est le signe de l’illuminisme. Un maître ne doit être cherché que dans son domaine propre : le spirituel ». (Autobiographie d’un yogi, page 213). 

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique