•  « OM,

    BHUR BHUVA SVAHA,

    BHARGO DEVASYA DHEEMAHI,

    DHIYO YO NAH PRACHODAYAT ! ».[1]

     

    [1]Traduction :

    « Om,

    O Puissance Divine qui illumine le Grand Soleil,

    Et les trois mondes de la Terre, de l’Air et du Ciel,

    Nous vous implorons afin que cette illumination,

    Nous conduise de l’obscurité vers la Lumière. »

     

     

    « Karma-Bhakti-Jnâna-Râja » (Partie 87) (Action, Travail, Amour, Prière, Dévotion, Connaissance)

     

    DIMANCHE 17 OCTOBRE 1982

    Je ne dispenserai mes conseils que lorsque l’expérience pratique m’y autorise. Quelque part, j’ai souhaité ce qui m’arrive et j’ai la vie que j’ai voulue, alors pourquoi me plaindre ? Je laisse le soin à Dieu d’être aux commandes, je suis son instrument, souriant et endurant tout ce qu’Il m’inflige.

     

    LUNDI 8 NOVEMBRE 1982

    Je suis encore trop préoccupé par moi-même et mes problèmes personnels : je donne trop facilement cours à mes penchants naturels, à mes désirs, à mes émotions et à mes passions. Je me tournerai résolument vers les autres, mes prochains. J’ai un fort désir de faire la volonté de Dieu et d’être son instrument au service de l’humanité : qu’Il m’aide à atteindre ce but !

    Je me juge de manière intransigeante, et pourtant l’observation est encore insuffisante : je m’en tiendrai à la pratique et non aux vœux pieux et m’abstiendrai de consommation d’alcool et de viande.

     

    VENDREDI 19 NOVEMBRE 1982

    J’ai une fragilité de l’ensemble du petit bassin, dont la vessie, et un rétrécissement de l’urètre, sans que la prostate, semble-t-il, ne soit en cause : je retiens mes urines et lorsque je les libère, elles sont extrêmement douloureuses et je dois fortement pousser. Il semble que cette rétention corresponde à la volonté inconsciente de garder mes vieilles mémoires et manifeste le refus d’oublier. En somme, je garde tout, je ne lâche rien et je refuse de me mettre en cause : cela renvoie-t-il à la peur que m’a inspirée mon père lorsque j’étais enfant et au refus de toute autorité par la suite ?

    Je mûrirai encore : en effet si je parviens à restreindre l’ego à la portion congrue, transformant son terrain en désert où ne subsistent que quelques brindilles jaunes et poussives, une brusque pluie de désirs contribue à faire repousser une végétation luxuriante, une véritable jungle. J’en déduis, d’une part que je dois vouloir la mort totale de l’ego, ne pas craindre, mais accepter sa disparition complète, et d’autre part, plus je m’approche du but, plus les résistances de l’ego sont importantes. Je ferai preuve d’un surcroît d’énergie et de détermination, face à ces retours en arrière, comme l’onanisme. Je construirai mon temple intérieur par des actions sans fruits. Le seul échec serait de renoncer, sachant que la marche sur le sentier s’effectue en spirales vers le haut, avec des passages dans la lumière et d’autres dans l’obscurité.

     

    SAMEDI 4 DECEMBRE 1982

    Il faut que je prie sans cesse. L’usage d’une brève formule pour pacifier et concentrer l’intellect est universel. Ainsi la formule peut être la suivante : inspiration « Seigneur, Jésus-Christ, Fils de Dieu… » et expiration «… aie pitié de moi, pauvre pêcheur ». Ceci conduit à l’union de l’intelligence et du cœur.

     

    DIMANCHE 5 DECEMBRE 1982

    Dans le journal intime, je me contente trop de répéter des formules, sans m’impliquer, sans m’analyser et sans tirer les conséquences de ma pratique quotidienne. Je suis à la recherche de Dieu, mais le bilan n’est-il pas un peu maigre ? Quels sont les obstacles ?

    Je suis peut-être trop plein de moi-même encore. Je restreindrai encore mon ego, afin de faire le vide, en espérant que Dieu occupera cette place laissée disponible. J’ai du mal à tenir mes engagements. Quel bilan ? Quelques prières, mais aucun contact, aucune avancée car Dieu ne m’a pas saisi. Je suis trop intellectuel, et écrire, chaque fois que je le peux, que « Je ne suis pas le corps » ne me fait pas avancer : j’étudierai moins et réaliserai plus. Je retiens trop : nourriture, savoir, idées reçues… Je dois lâcher prise.

    C’est lorsque je souffre le plus physiquement, que je deviendrai ce que « Je suis » : je ne me crisperai pas sur des habitudes et des préjugés, ce que je fais ou ne fais pas, mais tout doit pour ainsi dire couler. Ce que je recherche est au-delà des mots, et je le réaliserai lors des périodes inattendues de douleur et de malheur : c’est lorsque tout va mal que je dois penser au Soi.

    Je serai encore plus proche et plus aimant par rapport à ma famille : de ce côté-là, j’ai beaucoup de chance et j’apprécierai cette chance à sa juste valeur. Dieu m’a permis d’avoir des parents formidables, une belle famille, un bonheur certain.

    Le seul point positif auquel je suis arrivé, est la récitation constante du mantra de la Gayatri :

    « OM,

    BHUR BHUVA SVAHA,

    BHARGO DEVASYA DHEEMAHI,

    DHIYO YO NAH PRACHODAYAT ! ».[1]

    Seule l’action sans fruits et l’action désintéressée sont un but et un objectif : devenir le Soi, devenir ce que je suis déjà, ne peut être un but, mais c’est une prise de conscience. Dieu seul peut me donner cette grâce, s’Il le souhaite et s’Il me sait prêt.

    1 – Ai-je essayé, pendant ce mois passé, de me montrer plus obligeant et plus

    Je fais en sorte de limiter mon ego, de mettre entre parenthèses mes problèmes personnels pour m’intéresser plus aux autres. Je travaillerai encore sur moi, pour être plus équanime, et vivrai chaque période, chaque stade, en faisant ressortir les aspects positifs.

    2 – Les exercices de rétrospection et de concentration m’ont-ils permis d’être plus efficace dans mon existence quotidienne ?

    Je m’examine moi-même, mais l’application des exercices est encore trop irrégulière. Je les ferai aussi avec plus de profondeur, en me rappelant que seule la pratique compte. Quelles difficultés à surmonter tous mes défauts : mon Dieu, aide-moi !

     

     


    [1]Traduction :

    « Om,

    O Puissance Divine qui illumine le Grand Soleil,

    Et les trois mondes de la Terre, de l’Air et du Ciel,

    Nous vous implorons afin que cette illumination,

    Nous conduise de l’obscurité vers la Lumière. »

     

    « « Karma-Bhakti-Jnâna-Râja » (Partie 86) (Action, Travail, Amour, Prière, Dévotion, Connaissance) « Karma-Bhakti-Jnâna-Râja » (Partie 88) (Action, Travail, Amour, Prière, Dévotion, Connaissance) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :